Célébration, à Dosso, de la Journée Internationale de la Jeune Fille : «Ma voix, l’égalité pour notre avenir» thème retenu pour ladite journée

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la jeune fille, le Ministère de la Promotion de la femme et de la protection de l’enfant, l’Unicef et ses partenaires ont organisé une activité pour la commémoration de ladite journée le lundi 12 Octobre à Dosso. C’est le Secrétaire général du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant, M. Hachimou Abdoulkarim qui a procédé au lancement de cette activité en présence du maire de la commune urbaine de Dosso M. Issoufou Idrissa, du SG du Gouvernorat de Dosso, M. Assoumana Amadou, du représentant du Directeur Pays Plan International, M. Ismail Amadou, de l’Adjointe à la représentante de l’UNICEF, Mme Ilaria Carnevali ainsi que de plusieurs invités.

Après la prononciation d’une Fatiha pour le bon déroulement des activités, le maire de la Commune Urbaine de Dosso a pris la parole pour d’abord souhaiter la chaleureuse bienvenue à tous les invités. M. Issoufou Idrissa, a ensuite tenu tout à remercier les organisateurs de ladite cérémonie pour avoir porté leur choix sur sa commune. «Cette cérémonie consacrée à la célébration internationale de la jeune fille témoigne combien de fois la question de cette dernière est prise en compte», a avancé le maire  de Dosso. Il a rappelé également «qu’on ne peut pas parler de développement dans nos pays sans parler de la femme».

 Quant au SG du Gouvernorat de Dosso, il a tenu à saluer la présence massive des acteurs à cette activité. «Cet évènement ne constitue pas seulement une occasion de festivité mais, aussi celle de la réflexion sur la situation des filles afin de faire un plaidoyer auprès des décideurs et sensibiliser les parents et autres responsables en faveur du bien-être des enfants», a-t-il dit.

Pour sa part, le Représentant du Directeur Pays Plan International a rappelé que selon la déclaration universelle des droits de l’homme, tous les hommes naissent libres égaux en droit et devoir. «Pour ce, l’ONG Plan International ne cesse de déployer des efforts afin de transformer positivement la vie de millions d’enfants, notamment les filles victimes d’inégalités et discriminations dans le monde», a déclaré M. Ismail Amadou. L’Adjointe à la représentante de l’UNICEF a tenu à souligner que chaque année, dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la jeune fille, l’Unicef et ses partenaires travaillent de concert au Niger avec les filles pour concevoir et lancer une activité annuelle portant sur les inégalités auxquelles elles se heurtent au quotidien et sur les revendications relatives à l’égalité pour les femmes, ce, en vue de promouvoir l’intégration de la jeune au sein de affaires socio-politiques et économiques. Ainsi, «les filles ont besoin de pouvoir s’identifier à des modèles notamment par le biais d’images positives des filles et des femmes dans les domaines tel celui des medias et de la publicité afin justement que celles-ci puissent s’exprimer», a estimé Mme Ilaria Carnevali. Elle a par ailleurs salué les autorités de la 7ème République pour les efforts inlassables quant à la scolarisation de la jeune fille nigérienne.

Procédant au lancement des activités commémoratives de cette journée, le SG du Ministère de la Promotion de la Femme et de la protection de l’Enfant a tout d’abord tenu à rappeler que la journée internationale de la jeune fille a été instituée par l’Assemblée Générale des nations unies le 19 décembre 2011, suite à l’adoption de la résolution 66/170. «Cette journée célébrée chaque 11 octobre par la communauté internationale est le fruit d’un plaidoyer mondial mené par l’ONG Plan International, afin de rappeler les défis auxquels font face les filles dans les pays en développement pour une plus grande attention», a-t-il souligné. M. Hachimou Abdoulkarim a en outre rappelé que cette édition 2020, est placée sous le thème : «Ma voix l’Egalité pour notre Avenir». «Ce thème s’inscrit dans la logique de la promotion du leadership des filles en vue de se faire entendre pour que leurs droits soient respectés» a-t-il ajouté.

Ibrahim Maïga, Envoyé spécial

14 octobre 2020

Source : http://www.lesahel.org/