Point de presse du directeur général par intérim de Haroun Printing : Feuilleton judiciaire entre Haroun Printing et l’activiste Ibrahim Bana

Point de presse du directeur général par intérim de Haroun Printing : Feuilleton judiciaire entre Haroun Printing et l’activiste Ibrahim Bana

Le Directeur général par intérim de la société Haroun Printing, société qui produit le permis biométrique, a tenu ce matin un point de presse. Une sortie médiatique de Siradji Issa, qui fait suite à la plainte de l’activiste contre la société et de la plainte d’Haroun Printing contre ce dernier.

 « Après la plainte de Ibrahim Bana, nous avons dans un premier temps suite aux conseils de nos avocats de ne pas réagir puisque la société n’a pas été directement visée. Mais contre toute attente le même Ibrahim Bana a déposé une autre plainte dans laquelle il cite nommément notre société ». C’est pour cette raison que nous avons déposé plainte à notre tour contre Ibrahim Bana pour tentative d’extorsion de fonds et de chantage.

De quoi s’agit-il ? Pour le directeur général par intérim, Siradji Issa, courant octobre 2020, le nommé Ibrahim Bana a porté plainte contre la société Haroun Printing pour népotisme. « Que dans le corps de sa plainte, il citait nommément la société Haroun Printing, comme étant complice et bénéficiaire de cette affaire. Qu’au détour de sa plainte, Ibrahim Bana a entrepris par le biais d’un intermédiaire de négocier avec le Directeur général de la société le retrait de sa plainte en contrepartie d’une gratification financière ».

Pour le directeur général par intérim de Haroun Printing, toutes les démarches ainsi que les négociations entreprises par l’activiste sont matérialisés par des messages whatsapp passés entre lui et son intermédiaire d’une part et, entre l’intermédiaire et la société d’autre part. « Il résulte de ses messages que son intermédiaire à vainement tenté d’obtenir une « provision » (c'est-à-dire une avance) pour le compte du sieur Bana, avant le retrait de la plainte, sans succès, le directeur général de la société ayant usé de moyens dilatoires pour retarder l’échéance ».

Selon le directeur par intérim de la société, ils disposent des enregistrements sonores dans lesquels, l’activiste confirme non seulement, les dires et les demandes, formulées par son intermédiaire, mais qui révèlent que lui-même, a formellement et sans ambages, sollicité le paiement d’une avance de deux millions comme « gage de bonne foi » avant qu’il ne procède au retrait de sa plainte. Pour Siradji Issa, l’intermédiaire en question n’a rien à voir avec la société.

C’est pour toutes ses raisons que la société a jugé utile de porter plainte contre le sieur Bana pour « tentative d’extorsion de fonds ». Pour le directeur général par intérim, ils disposent de toutes les preuves citées haut. Des preuves qui serviront de pièces à conviction et qui seront présentées devant qui de droit.

Pour lui, le Niger dispose aujourd’hui d’un permis biométrique qui est le document le plus sécurisé dans le pays et en Afrique toute entière. «  Nous avons reçu plusieurs témoignages qui confirment cela », selon toujours Siradji Issa qui a cité celui de l’ambassadeur de Chine au Niger lors de sa visite et d’un responsable d’un organisme international. Des personnes qui ont salué la qualité, la fiabilité, la sécurisation des bases de données (une première au Niger), avec un document infalsifiable et  internationalement reconnu.

Notre société s’est sentie humiliée, indexée, et les partenaires et associés fiables de la société ne peuvent en aucune manière cautionner cela.  Nous userons de tout les moyens légaux pour aller jusqu’au bout de notre action et soigner l’image de notre société, a fini par ajouter Siradji Issa.  

Point de presse du directeur général par intérim de Haroun Printing : Feuilleton judiciaire entre Haroun Printing et l’activiste Ibrahim Bana