Visite des chantiers de Diffa N’glaa : La ville de Diffa, enfin prête pour accueillir la fête

Visite des chantiers de Diffa N’glaa : La ville de Diffa, enfin prête pour accueillir la fête

Une trentaine de journalistes de la presse nationale a entamé, hier jeudi 7 janvier 2021, à Diffa une série de visites au niveau des infrastructures phares de la fête tournante du 18 décembre dite Diffa N’glaa. Bien que l’événement tant attendu par les populations du manga (la fête de la République)  est reporté - à  travers une décision prise au sommet de l’Etat - en raison des contingences liées à l’inachèvement de certains chantiers ; l’insécurité que connait la région depuis 2015  et la pandémie à coronavirus qui secoue le monde entier, force est de constater que les chantiers pouvant accueillir la fête Diffa N’glaa sont maintenant entièrement terminés.

De la case de passage présidentielle au nouveau portique d’entrée de la ville de Diffa, en passant par la résidence du gouverneur ; la tribune officielle ; la double voie devant servir au défilé civil et militaire ; la cité Diffa N’glaa et la réhabilitation de 45 chambres dans l’enceinte du complexe hôtelier du 18 décembre, les journalistes ont pu observer la modernisation de la cité du manga, en compagnie du président du comité d’organisation de la fête Diffa N’glaa M. Abdou Lawal Marouma.

La case de passage présidentielle est construite sur le site l’ancienne résidence du gouverneur. C’est  un imposant bâtiment avec un plan architectural moderne. A la devanture de cette case de passage présidentielle se trouvent  un jardin verdoyant et  un jet d’eau construit pour davantage embellir l’espace de la cour.  L’armoirie du Niger qui symbole la République et l’Etat est minutieusement dessinée au-dessus du hall d’entrée de la case de passage présidentielle.  Cette dernière comporte deux ailes de suites présidentielles et une grande suite bien équipées avec toutes les commodités nécessaires. 

Non loin de ce bâtiment de grand standing, il est aussi construit une salle de banquet d’une capacité de 150  places. A l’intérieur de celle-ci, se trouve un chef d’œuvre (le cheval harnaché de Chetima Ganga) symbolisant la culture du Manga. Dans l’enceinte de cette case de passage présidentielle, il existe également un poste dédié à la sécurité ; deux parkings pour les véhicules ; un terrain de sport ; une salle radio et un groupe électrogène d’une puissance de 150 KVA pour pallier aux éventuelles coupures intempestives qui pourraient survenir.  Quant à la résidence du gouverneur qui est contigüe à la case de passage présidentielle, elle connait une extension et une réhabilitation avant être entièrement équipée. 

S’agissant de la tribune officielle, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est opérationnelle. Elle dispose d’un salon présidentiel ; deux salons ministériels et salle de gymnastique. La particularité de cette tribune officielle, c’est que son arrière-cour est clôturée et des eux postes de sécurités sont érigés de part et d’autre.  Les gradins aux couleurs du drapeau du Niger fascinent plus d’un visiteur. Bref, on se rend compte que l’art a prévalu dans la conception de cette infrastructure.  A la cité du 18 décembre Diffa N’glaa, la trentaine de journalistes ont visité de fond en comble ce site qui totalise 13,25 ha. Ce sont des belles villas qui sortent de la terre. D’autres sont complètement achevées à l’image des quatre villas appartenant respectivement à des sociétés d’Etat comme l’ARCEP ; la Nigelec ; la SONIDEP et Niger télécoms ne peuvent pas passer inaperçues parce qu’elles sont entièrement terminées. En dehors de ces villas, il faut reconnaitre que les ressortissants du Manga ne sont pas restés en marge de l’effort de mobilisation. Ils ont acheté des parcelles qui sont en chantier. Une fois ces chantiers achevés, ils seront mis à la disposition du comité Diffa N’glaa pour qu’il puisse héberger les invités lors de la fête. Les propriétaires de ces villas exerceront leur droit juste après l’événement conformément au partenariat qui les lie avec le comité. Celui-ci a facilité l’acquisition des terrains et l’exonération des matériaux de construction au regard du contexte sécuritaire.

Sur les 116 villas prévues pour être construites par les ressortissants du Manga, 68 sont soit au stade de finition, soit en chantier avancé.  En plus, le comité d’organisation Diffa N’glaa est en train de construire sur ce site un siège pour l’association régionale de la Chefferie traditionnelle. Par ailleurs, pour renforcer davantage les liens de voisinage, deux Etats du Nigeria en l’occurrence, l’Etat de Yobé et celui de Borno  ont décidé de construire respectivement 15 et 4 villas sur le site de la cité du 18 décembre Diffa N’glaa.

Sur ce site, une pharmacie ; un super marché ; un hôtel ; une banque et une boulangerie sont en construction. En ce qui concerne le nouveau portique d’entrée dans la ville de Diffa, il a été construit tout en respectant la culture du manga. Sur ce portique, trône le cheval harnaché et bien monté avec l’algaita qui symbolise l’identité culturelle du manga. Seulement, le statut du cheval harnaché n’est pas à la dimension du portique. Toutefois, le président du comité Diffa N’glaa M. Abdou Lawal Marouma rassure en précisant qu’un concours a été ouvert aux artistes pour concevoir  le cheval, reflétant celui du Kanem Bornou.

En outre, le complexe hôtelier du 18 décembre ; le palais du chef de canton de la Komadougou Kazelmari ; la grande mosquée de vendredi de Diffa ; le monument dédié aux Forces de Défense et de Sécurité tombées sur le champ d’honneur et les civils ainsi que la maison des jeunes et de la culture de Diffa ont été visités par les journalistes.  Aujourd’hui, tous ces chantiers sont achevés et n’attendent que l’événement, c’est-à-dire le jour de la célébration de la fête Diffa N’glaa.

Par Hassane Daouda,  Envoyé Spécial

08 janvier 2021
Source : http://www.lesahel.org/