Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays

Le Président de la République, Mohamed Bazoum a présidé, le vendredi 23 juillet 2021, un conseil des ministres qui a entendu une communication sur le phénomène de la mendicité au Niger.

Selon le  communiqué issu de ce  Conseil, ‘’le phénomène de la mendicité est entretenu par des individus malveillants, qui développent des réseaux qui entrainent des ressortissants nigériens, essentiellement des femmes et des enfants, vers les pays voisins’’.

‘’Ce commerce illicite, qui est une forme de trafic illégal de migrants sous le couvert de la mendicité,  prend des proportions inquiétantes’’ indique le communiqué du conseil.

Selon le même communiqué, ‘’les Ministres concernés ont reçu des instructions fermes pour identifier les auteurs et les complices de cette activité malsaine et avilissante afin de leur infliger les sanctions les plus sévères prévues par la loi’’.

‘’Beaucoup de nigériens traversent les frontières du pays pour se rendre dans les pays voisins, notamment la Libye, la Côte d’ivoire, le Togo. C’est généralement les femmes qui prennent leurs enfants et parfois les enfants des membres de leurs familles, à la recherche du gain facile, traversant des zones dangereuses comme le désert ou la mer’’ rappelle la source gouvernementale.

L’exemple récent est celui des femmes du département de Matamèye dans la région de Zinder.

Rappelons que depuis le 1er mai 2019, les autorités municipales de la Ville de Niamey ont mis en vigueur une loi interdisant la mendicité dans la capitale. Cette loi, puis qu’étant toujours en vigueur, n’autorise la mendicité qu’à, seulement, trois catégories de mendiants qui sont les handicapés, les personnes âgées et endettées, et les sinistrés, victimes de catastrophes naturelles.

Même l’Islam pris comme prétexte par ces mendiants ne l’autorise qu’à un certain nombre de Conditions dont la collecte de fonds pour mettre fin à une querelle, pendant les catastrophes naturelles, et en cas de pauvreté extrême, dont peuvent témoigner trois personnes raisonnables parmi les proches du mendiant.

SML/AS/ANP 0138 juillet 2021

24 juillet 2021
Source : http://www.anp.ne