Atelier de validation de la cartographie de la migration : Disposer des données fiables sur la migration au Niger

L’Institut National de la Statistique (INS) en collaboration avec l’Organisation internationale pour la migration (OIM) a organisé, le jeudi 7 octobre dernier à Niamey, un atelier de formation pour la validation du rapport d’étude sur la cartographie des producteurs et utilisateurs des données migratoires au Niger. C’est Mme Omar Haoua Ibrahim, Secrétaire Générale de l’INS, qui a ouvert les travaux en présence de plusieurs acteurs, représentant des institutions et autres organisations intervenant sur la question de la migration.

Dans son discours d’ouverture des travaux dudit atelier, Mme Omar Haoua Ibrahim a saisi l’occasion pour expliquer l’objet de cette cartographie. «Notre pays a été marqué, ces dernières années, par des flux migratoires massifs et multiformes, qui ont souvent des conséquences sur les vies humaines et sur l’économie du pays. Cette situation impose au pays la prise en compte des nouveaux défis causés par ce mouvement migratoire dans le processus du développement économique et social. L’Etat nigérien a d’ailleurs adopté en septembre 2020 le document de la Politique Nationale de la Migration (PNM) pour la période 2020-2023 et son plan d’action quinquennal, qui prennent en compte ces différentes préoccupations (…). Pour une meilleure prise en charge du phénomène de la migration, il est impératif de disposer de statistiques fiables et de bonne qualité (…) accessibles aux différents utilisateurs. C’est à cet égard que s’est établie la collaboration entre l’Institut National de la Statistique et l’Organisation Internationale pour la Migration, collaboration dont l’objectif global vise à améliorer la disponibilité et la qualité des productions des statistiques relatives aux flux migratoires en vue de satisfaire les besoins des utilisateurs», a-t-elle déclaré.

Pour l’atteinte de cet objectif, ajoute-t-elle, plusieurs activités sont prévues sur le financement du projet de la coopération danoise au développement DANIDA II. Il s’agit notamment de l’atelier de lancement des activités du projet DANIDA II, la réalisation d’une cartographie de l’existant sur les données migratoires, des activités de renforcement de capacité des différents producteurs des données, d’une assistance matérielle au profit de l’INS et enfin la mise en place d’une plateforme en ligne qui centralise les données produites sur la migration. Ainsi, le rapport qui est présenté à cet atelier est le fruit de la consultation des différents acteurs par le consultant. «L’exécution des activités se poursuit avec l’organisation de la présente rencontre dont l’objectif est, donc, de valider le rapport sur la cartographie des producteurs et utilisateurs des données migratoires au Niger», a-t-elle précisé.

Pour sa part, la représentante de l’OIM, Mme Christina Atekmangoh a, au nom de son institution, salué la tenue de cet atelier. Elle a expliqué que ce projet rentre dans le cadre de la mise en œuvre d’une plateforme des données de la migration au sein de l’INS. «C’est une étape d’un long processus qui sera la mise en place des données de la migration pour permettre à l’Etat du Niger d’avoir ses propres données. Comme on le sait, les données de la migration au Niger ne sont pas tout à fait centralisées. Donc avec l‘appui du projet DANIDA, l’INS va faire en sorte que cette plateforme de données soit disponible dans son site web, pour que si quelqu’un cherche des données sur la migration, au lieu de venir à l’OIM, il les aura facilement sur le site de l’INS», a-t-elle affirmé.

Ali Maman

11 octobre 2021
Source : http://www.lesahel.org/