Achat par la CNSS d’un immeuble de Méréda : Le jack pot de fin de la renaissance acte II

La caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) est un établissement public à caractère social crée par la loi n°2003-34 du 5 aout 2003 qui abroge et remplace la loi n° 65 -004 du 08 février 1985 portant création d’un établissement public de l’Etat. La Caisse a pour objet de gérer les différentes branches de sécurité sociale. Elle est Instituée en faveur des travailleurs conformément à l’article 2 du code du travail. C’est ainsi qu’elle gère, entre autres, les prestations familiales, les accidents du travail et maladies professionnelles et les pensions (invalidité, vieillesse, décès). Mais, depuis quelques temps, la caisse nationale de sécurité sociale semble s’écarter de ses missions pour l’achat, avec l’argent du contribuable, d’immeubles bâtis et non bâtis. Ainsi, elle aurait acheté beaucoup de domaines dans les huit (8) régions du pays. Souvent contre l’avis de son conseil d’administration. Cela, apparemment, pour accompagner les immobiliers privés dont certains se sont illustrés dans l’escroquerie. Du reste, selon des sources crédibles, entre le premier et le second tour de l’élection présidentielle, la CNSS aurait jeté son dévolu un des immeubles de Seini Yacouba dit Seini Méréda.

Ledit immeuble est situé au quartier Terminus à côté d’ORABANK, sur le grand boulevard allant au rondpoint des armées. Selon nos sources, l’immeuble aurait été évalué à 1. 800.000.000 FCFA par l’expert architecte de Seini Méréda. Une proposition de prix que le conseil d’administration aurait, catégoriquement, rejetée. Car, jugée excessive et insultante. Et, elle aurait demandé de revoir le prix à la baisse. Après plusieurs jours de réflexion, l’acheteur et le vendeur auraient convenu de faire une contre expertise.

C’est ainsi qu’ils auraient convenu sur 900.000.000FCFA. Un montant jugé dérisoire par d’autres experts de la question, aux yeux desquels Seini Méréda aurait, tout simplement, bradé son immeuble. Aussi, dans les coulisses du siège de la caisse nationale, des gens s’étonnent de l’urgence avec laquelle le sieur Méréda voudrait se débarrasser de l’immeuble. Ce qui les pousse à s’interroger sur les vraies raisons de la vente. Après le marché conclu, le directeur général de la CNSS aurait adressé une correspondance au président du conseil d’administration pour lui demander l’autorisation de transfert de crédits. Cette affaire, considérée comme étant le jack pot de l’année pour Seini Méréda, suscite aujourd’hui beaucoup d’interrogations dans des cercles restreints de la caisse nationale de sécurité sociale. D’aucuns pensent que c’est la gratification que le régime donnerait à Seini Méréda pour l’avoir aidé à malmener le parti de Hama Amadou. En tout cas, beaucoup de choses sont dites sur cette affaire qui frise le scandale. Il susurre, partout, que l’eau aurait coulé sous le pont. Cette affaire de Méréda fait suite à une multitude d’affaires sombres qui continuent à rendre peu radieuse la situation de la caisse nationale de sécurité sociale. On se rappelle de cette affaire de construction d’immeuble de plus de 12milliards de FCFA dont les travaux piétinent toujours. En plus, il y a eu cette autre affaire de construction de rond point Maourey qui a fait la joie de l’opérateur économique de Katako. Les affaires à la CNSS, on ne peut pas finir les égrener depuis l’arrivée de Akilou Baringay à la tête de cet établissement. Par ailleurs, à en croire certaines indiscrétions, le directeur général de la CNSS, Ahmed Akilou Baringay, chercherait à rempiler jusqu’à sa retraite prévue pour fin décembre 2021. Des voeux qui pourraient être exhaussés. Car, pour une grande partie de l’opinion nationale, c’est le mentor de Baringay qui détiendrait toujours la réalité du pouvoir au Niger.

Donc qu’Akilou Baringay ne doit pas se faire de soucis. Il pourrait y rester jusqu’à l’éternité.

Issoufou Mahamadou pourrait le maintenir. Parce que, c’est lui qui fait et défait au Niger. Du moins, pour beaucoup d’observateurs, il aurait, jusqu’à présent, les derniers mots dans les prises des décisions.

A.S