Atelier de formation sur la problématique de protection des données à caractère personnel : Les responsables des établissements financiers édifiés sur la question

La Haute Autorité de Protection des données à caractère Personnel  (HAPDP) a organisé hier matin à Niamey,  un atelier de formation à l'intention des cadres des banques, des assurances et des autres établissements financiers sur la problématique de protection des données à caractère personnel. Il s’agit pour les participants de discuter notamment des risques ou conséquences sur les clients ou établissements financiers en cas de violation des données à caractère personnel. C’est la présidente de la Haute Autorité de Protection des données à caractère personnel, Mme Sanady Tchimaden Hadatan, qui a présidé l’ouverture des travaux.

Au cours de cette journée, les participants ont discuté sur, entre autres thèmes, la protection des données personnelles notamment l’approche historique, enjeux, perspectives et défis pour le secteur bancaire, puis les aspects techniques de la procédure de conformité, ensuite le cadre juridique et institutionnel du Niger en matière de la protection des données personnelles au Niger enfin les droits protégés, les régimes et les mesures coercitives déroulées par la loi.

A l’ouverture des travaux, la présidente de la Haute Autorité de Protection des données à caractère personnel, Mme Sanady Tchimaden Hadatan, a rappelé que le traitement des données à caractère personnel, désigne une opération relative aux données personnelles. Concrètement, « les traitements des données concernent les données collectées et enregistrées, la structuration et le stockage des informations personnelles, le transfert des données, la rectification des informations confidentielles, la publication des données, la limitation des données sensibles et l'effacement des données traitées. « Le champ d'application est donc large afin de garantir une excellente protection des données personnelles », a-t-elle déclaré.

Expliquant le secret bancaire, Mme Sanady Tchimaden Hadatan a dit que celui-ci désigne l'obligation des banques de ne divulguer aucune information concernant leurs clients à des tiers. « Il est encadré par le code monétaire et financier », a-t-elle précisé. Selon la présidente de la HAPDP, la réglementation bancaire qualifie l'ensemble des réglementations applicables aux établissements de crédit (banques, établissements financiers). « La réglementation bancaire émane de différentes sources mondiales avec les traités internationaux, sous la forme des directives et règlements communautaires et nationaux avec les lois et les décrets », a dit la présidente de la HAPDP.

Elle a également relevé que les données bancaires sont d'une importance capitale pour les entreprises d'aujourd'hui, surtout à l'heure du Big data. Ces données sont remplies d'informations hautement confidentielles dont elles peuvent se servir pour cerner le comportement des clients. Toutefois, « elles ne doivent pas tomber dans les mains de tout individu, et la banque a la grande obligation de les protéger », a-t-elle reconnu.

Soulignant l’impérieuse nécessité de protéger les données à caractère personnel, la présidente de la HAPDP a dit que protéger les données bancaires est devenu un impératif à cette ère, et toutes les banques doivent s'atteler à agir dans ce sens. Elle a aussi ajouté que lorsque les nombreuses données que collecte la banque sont violées, cela peut avoir des conséquences néfastes sur les clients concernés. « C'est l'une des raisons pour lesquelles la Haute autorité à la protection des données à caractère personnel a initié cet atelier de formation des cadres des banques et établissements financiers sur la problématique de protection des données à caractère personnel » a expliqué Mme Sanady Tchimaden Hadatan.

Par ailleurs, Mme Sanady Tchimaden Hadatan a souligné l’importance de mettre en place des mesures de sécurité adéquates en ce qui concerne la collecte, le stockage et la suppression de ces documents afin de garantir la sécurité des données personnelles. « Le secteur bancaire doit donc tout faire pour mettre en place des stratégies de protection efficaces dans le respect des lois et règlementations en vigueur », a-t-elle déclaré. C’est ainsi que la présidente de la Haute autorité de protection des données à caractère personnel, a rappelé que le Niger a mis en vigueur la loi relative à la protection des données à caractère personnel précitée pour obliger les entités et les personnes procédant au traitement d'informations personnelles, à se soumettre à des consignes visant à instaurer une collecte et une exploitation plus transparente et respectueuse du caractère privé de certaines données.

Par Mamane Abdoulaye

30 juillet  2021
Source : http://www.lesahel.org/