HAWaqf : Promotion  du WAQF auprès des opérateurs économiques Nigériens

Niamey, le 06 novembre 2021. Dans le cadre de la vulgarisation du Waqf au Niger, la Haute Autorité du Waqf au Niger (HAWaqf) a organisé une séance de sensibilisation avec les acteurs du secteur privé.

Placée sous le haut patronage du Ministre du commerce, de l’industrie et de l’entreprenariat des jeunes, Sabo Gado Moctar, cette rencontre vise à renforcer la compréhension du Waqf auprès des investisseurs nationaux.

Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger, Moussa Sidi Mohamed a affirmé la disponibilité des opérateurs économiques et hommes d’affaires Nigériens à comprendre et s’approprier  cet outil de la finance sociale islamique. Il indique par la suite que son institution  « développera un partenariat plus érigé avec la Haute autorité du Waqf  pour que le Secteur privé nigérien tire le meilleur profit des opportunités ainsi offerte, tant en terme de renforcement de l’offre de services sociaux de base qu’en terme de création de valeur, en attirant des investissements structurants Waqf d’envergure au Niger ».  Ce qui contribuera, dit-il, d’accroitre le volume des activités commerciales, à toute échelle, sur le territoire national.

Pour le Ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Entreprenariat des Jeunes: Sabo Gado Moctar, le Waqf est « un instrument permettant de soutenir les efforts des Etats dans tous le domaines régaliens en général et dans le financement des secteurs sociaux de base en particulier ». Il poursuit en affirmant que si le Waqf est « bien réguler, il peut contribuer de manière efficace à redynamiser le secteur privé notamment par la création des banques islamiques […], partant de là, le Waqf se révèle donc comme un secteur à part entière de l’économie ».

S’est ensuivie le début des travaux de cette assise par une série de présentation faite par une équipe de la haute autorité du Waqf, sur le concept du Waqf dont, entre autres, son cadre juridique et institutionnel au Niger.

Dans la foulée des présentations, une équipe d’experts venue du Sénégal a également partagé l’expérience du Waqf de leur pays et les opportunités qu’offre cet outil pour le secteur privé.

I.C