Mounkaila Lawali Abdo Serki, Directeur Général de l’Office du Baccalauréat du Niger « C’est vrai qu’il y a eu quelques difficultés au début de l’inscription en ligne mais je pense que tous ceux qui voulaient s’inscrire au Bac l’ont fait»

Monsieur le Directeur Général, veuillez nous présenter le tout jeune Office aux destinées duquel vous présidez.

L’Office du Baccalauréat du Niger a été créé le 10 mai 2019 par le Décret 2019-247. C’est un Etablissement Public à caractère Administratif. Selon l’article 6 du Décret, « l'OBN poursuit une mission de service public. A ce titre, il est chargé de préparer et organiser l'examen du baccalauréat en collaboration avec les Universités Publiques et les Ministères concernés ; réévaluer les modalités du déroulement du Baccalauréat et proposer les ajustements nécessaires ; préparer le budget des examens du Baccalauréat; élaborer les arrêtés portant liste des candidats définitivement admis au baccalauréat ; élaborer le rapport d'activités et le bilan financier de l'examen du Baccalauréat ; alimenter et actualiser une banque de sujets des examens ».

Le Décret précise que « les modalités d'organisation de l 'Examen du Baccalauréat sont fixées par arrêté conjoint du Ministre chargé de l'Enseignement Supérieur et les Ministres chargés des enseignements secondaires et de la Formation Professionnelle et technique ».

Monsieur le Directeur Général, quand est-ce que le baccalauréat 2021 aura lieu ?

Pour répondre clairement à votre question, je dirais que nous sommes très avancés concernant les préparatifs de la session 2021 du baccalauréat. Mais, la date de tenue de ces examens est fixée par un Arrêté du ministre en charge de l’Enseignement supérieur sur proposition Directeur Général de l’Office du Baccalauréat du Niger que je suis. A ce jour (mardi 27 avril 2021, NDLR), il n’y a pas encore eu d’Arrêté pour la simple et bonne raison que nous n’avons pas encore fait la proposition mais nous avons le projet que nous allons soumettre à la signature de Monsieur le ministre de l’Enseignement supérieur qui prendra la décision finale.

Ce retard n’est-il pas dû au fait qu’il y aurait des problèmes relativement à l’inscription en ligne des candidats ?

Je pense qu’il n’y a pas eu de problèmes majeurs pour l’inscription en ligne et je ne crois pas qu’on puisse parler de retard. L’année passée, c’est vrai, pour des raisons qui sont imputables à la pandémie du coronavirus, le Bac s’était tenu à partir du 17 août 2020. Pour cette année, en fait, il y a des contraintes que nous devons prendre en compte ; une de ces contraintes, c’est le BEPC : le bac va se dérouler nécessairement après le BEPC qui commencera le 22 juin 2021 et il prend au moins 15 jours ; et nous utilisons les mêmes locaux ; nous utilisons une partie non négligeable du personnel qui prend part au BEPC. Si vous ajoutez 15 jours au 22 juin, cela nous amène au 7 juillet. D’autre part, quelques jours après le BEPC, il y aura la fête de Tabaski. Donc, a priori, nous pensons que le Bac peut se dérouler juste après la Tabaski. C’est vrai qu’il y a eu quelques difficultés au début de l’inscription en ligne mais toutes les difficultés ont été aplanies et je pense que tous ceux qui voulaient s’inscrire au Bac l’ont fait.

Alors, justement, quel est le nombre d’inscrits au Bac cette année comparativement à 2020 ?

L’année dernière, nous avions environ un peu plus de 72.000 inscrits. Cette année, au moment où je vous parle, nous avons 78.071 inscrits qui ont tout réglé, qui ont fait toute la procédure.

Pour en finir avec cette question de l’inscription au bac, est-ce que l’Office est vraiment proche des nombreux élèves nigériens vivant surtout à l’intérieur du pays et qui éprouvent des difficultés pour produire toutes les pièces exigées pour l’inscription ?

Le Décret portant approbation des statuts de l’Office du Baccalauréat du Niger précise justement que des Antennes de l’Office seront installées au niveau de chaque région. L’Arrêté portant fonctionnement et missions de ces Antennes a été signé au courant du deuxième semestre de 2020. Mais, l’Arrêté précise que ces Antennes sont mises en place progressivement en fonction des moyens dont dispose l’OBN. Nous avons rendu compte au Conseil d’Administration de l’Office qui a autorisé la mise en place de ces Antennes ; je ne peux pas vous dire exactement quand est-ce qu’elles seront mises en place mais nous allons faire en sorte qu’elles le soient dans les meilleurs délais. En attendant, l’Arrêté dispose que les missions des Antennes sont exercées par des points focaux régionaux de l’OBN ; ainsi, chaque année, nous nommons un point focal régional qui est un enseignant-chercheur de l’Université publique de la région qui centralise tout et qui nous remonte les problèmes qui le dépassent. Donc, il n’y a pas de vide mais ce serait mieux si les Antennes sont ouvertes avec des locaux propres, des moyens et du personnel.

Il est question depuis quelques temps de la réforme du baccalauréat : qu’en est-il exactement ?

 Tout à fait ! Le Conseil des ministres a adopté le 6 novembre 2020 le Décret 2020-808 portant réorganisation du Bac ; ce Décret crée des centres de correction et un des points clé de la réforme, c’était justement la digitalisation de l’inscription – ce qui nous a conduit à engager les inscriptions en ligne. Il y a aussi la création des centres de correction. Donc, nous allons plus déplacer les copies que les correcteurs ; cela nous permettra d’être plus efficaces si toutes les conditions sont réunies.

A propos de la digitalisation, est-ce qu’il y a des mesures pour empêcher aux « hackers » d’accéder aux données personnelles des candidats et, surtout, de frauder au Bac ?

Absolument ! Je pense que c’est un aspect très important que nous avons pris en compte. Effectivement, si on met des données en ligne, il faut veiller à ce qu’elles n’aillent pas dans les mains de n’importe qui. Nous sommes soucieux du respect des lois et règlements de la République. Pas seulement les notes, même les informations que les candidats vont livrer seront protégées. C’est un progrès énorme. Cela ne doit pas du tout donner lieu à une subtilisation des données. Pour ce qui est des notes, nous avons pris en compte cette exigence de protection contre le piratage. Nous avons plusieurs plans de protection des données que vous me permettrez de ne pas dévoiler ici.

Réalisé par Sani Soulé Manzo

30 avril 2021
Source : http://www.lesahel.org/