L’air du temps : Leçons d’une erreur malencontreuse

Il est des erreurs et des expériences douloureuses dont on sort finalement grandi pour peu qu’on sache bien les gérer et en tirer les meilleures leçons. C’est le cas des récents incidents malheureux survenus en Côte d’Ivoire où il a suffi d’un simple fake-news pour semer le chaos et la désolation dans les rues d’Abobo, Yopougon et autres quartiers d’Abidjan avec la traque des ressortissants nigériens.

Aujourd’hui, on peut se réjouir de constater que l’incident est clos, et de la plus belle manière ! S’inspirant du proverbe disant que ‘’l'expérience s'achète chèrement, mais c'est la seule école qui puisse instruire les sots’’, les deux parties ont sagement privilégié la voie du pardon, tandis que l’auteure du fake-news de la discorde, elle, a été sévèrement punie par la loi en écopant de 5 ans de prison ferme avec une amende de 2 millions de FCFA. Une bonne leçon pour tous ceux qui seront tentés de semer le désordre et la zizanie dans la cité à coups de fake-news sur les réseaux sociaux !...

Mieux encore, ces incidents tragiques ont finalement été un véritable ‘’réactif’’ pour ressouder davantage les liens de fraternité entre ivoiriens et nigériens. Ainsi, les deux parties se sont excusées, puis elles se sont retrouvées à travers des plaisantes et copieuses ‘’parties de garba’’ pour sceller le retour de la paix et de la cohésion. Autrement dit, «excusez la fille qui, par manque d'expérience, a brisé son canari », comme dit un proverbe Baoulé.

A bien d’égards, cette expérience douloureuse est tout de même porteuse de bonnes leçons. Parce qu’il est aisé de parier que, désormais, tous ceux qui, à l’image de cette infortunée ivoirienne, seront animés par l’envie démoniaque de manipuler l’opinion en balançant des fausses informations via les réseaux sociaux remueront au moins deux fois la langue dans leur bouche avant de lancer leurs messages malsains. Et si malgré tout, il s’en trouvera quelques aventureux pour le faire, les autres usagers qui écouteront leurs messages, eux, s’empêcheront d’agir à la va-vite avant de vérifier les informations véhiculées. Autrement dit, le mensonge et la zizanie ne passeront plus !...

Assane Soumana(onep)

28 mai 2021
Source : http://www.lesahel.org/