Lancement du Projet Intégré de Modernisation de l’Elevage et de l’Agriculture pour la Transformationdu Monde Rural au Niger (PIMELAN) : 134,9 milliards de FCFA pour booster les chaines de valeur des filières végétales, animales et de la pisciculture

Lancement du Projet Intégré de Modernisation de l’Elevage et de l’Agriculture pour la Transformationdu Monde Rural au Niger (PIMELAN) : 134,9 milliards de FCFA pour booster les chaines de valeur des filières végétales, animales et de la pisciculture

Le ministre délégué chargé de l’Élevage, M. Ali Gonki a présidé hier matin à Niamey, le lancement du Projet Intégré de Modernisation de l’Elevage et de l’Agriculture pour la Transformation du Monde Rural au Niger (PIMELAN). Par ce nouvel appui qui s’ajoute à tant d’autres, le Groupe de la Banque mondiale vient une fois de plus réaffirmer son engagement à accompagner le Niger dans la mise en œuvre de sa politique agricole, l’Initiative 3N dont les actions concourent à l’amélioration du bien-être des populations en général et des producteurs, transformateurs et commerçants en particulier.

Ce projet s’est fixé comme objectif «d’augmenter la productivité agricole et l’accès aux marchés pour les petits et moyens agriculteurs et les petites et moyennes entreprises agroalimentaires dans les régions participants aux projets». Sa finalité est la transformation du monde rural à travers l’amélioration durable de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et les revenus des différents acteurs intervenant dans les chaines de valeur des filières végétales (oignon, niébé fourrager, sésame, pomme de terre, tomate, riz et poivron), des filières animales (bétail-viande, aviculture, lait et cuirs et peaux) et la pisciculture. Prévu pour un délai d’exécution de six ans, le PIMELAN est financé par un crédit de l’IDA, d’un montant équivalent à 100 millions de dollars US, accordé au Gouvernement du Niger. La   Société Financière Internationale (SFI) fournira 6 millions de dollarsUS, les bénéficiaires contribueront pour 5,9 millions de dollars US et lesInstitutions Financières Partenaires fourniront 23 millions de dollars US, soit un coût total de 134,9 milliards de FCFA. La zone d’intervention du projet couvre six régions dont trois régions affectées par un conflit, dites zones fragiles (Diffa, Tillabéri et Tahoua et trois autres régions Agadez, Niamey et Zinder).

Il est attendu que le PIMELAN touche 25.000 ménages d’agriculteurs, d’éleveurs, de pisciculteurs, ainsi que des petites et moyennes entreprises prêtes pour l’intensification de la production, le développement des activités à valeur ajoutée de la production primaire en passant par la transformation, le stockage, la commercialisation et le transport. D’une manière générale, la mise en œuvre du PIMELAN se fera à travers quatre composantes à savoir le renforcement des services de soutien à l’agriculture et à l’élevage ; l’accroissement des investissements dans la production agricole ; la transformation, et l’accès au marché.

Au cours de cette journée les participant sont suivi la présentation sommaire du projet qui leur a donné beaucoup plus de détails sur les composantes, les sous composantes, les activités prioritaires, le mécanisme de gestion des fonds à coûts partagés, les indicateurs de performance et les principes de gestion du projet. Pour le ministre délégué chargé de l’Élevage, M. Ali Gonki, l’originalité de ce projet réside dans sa dimension socioéconomique. Le ministre délégué chargé de l’Élevage, M. Ali Gonki a expliqué que cette activité permettra de renforcer les capacités des services publics qui jouent un rôle essentiel dans le développement durable du secteur agropastoral et halieutique. «Cette activité permettra de renforcer les capacités des services de vulgarisation, de santé animale et de protection des végétaux, de sécurité sanitaire des aliments, de gestion des biens publics et sur une plus grande implication du secteur privé», a-t-il ajouté.

M. Ali Gonki a aussi ajouté que le projet va faciliter la création d’un environnement politique et réglementaire favorable aux investissements privés dans le secteur agroalimentaire au Niger, pour pallier les défaillances du marché qui impactent la coordination des chaines de valeur agroalimentaire et réduisent l’accès aux services financiers pour les petits et moyens exploitants et PME agroalimentaires. A cet effet, le ministre délégué chargé de l’Élevage, a indiqué que le projet mettra en œuvre les instruments de partage des risques pour inciter les institutions financières à prêter au secteur agroalimentaire étant donné le niveau de risque actuel pour ce secteur dû notamment à l’absence d’assurance agricole. «C’est pourquoi, le PIMELAN va apporter un appui aux Institutions Financières Partenaires afin qu’elles apprennent à mieux comprendre et servir le secteur agropastoral et halieutique», a soutenu M. Ali Gonki.

Auparavant, la Représentante résidente de la Banque mondiale au Niger, Mme Joëlle Dehasse a expliqué que c’est un projet qui est en phase avec les orientations du PDES 2017-2021, l’initiative 3N, et les axes prioritaires du cadre de partenariat pays de la Banque mondiale au Niger dont l’un des objectifs est d’aider à sauvegarder et à accélérer le développement économique et social du Niger en s’attaquant aux contraintes de croissance ; à la croissance démographique et à d’autres facteurs de fragilité.

Pour sa part, le Coordonnateur national du PIMELAN, M. Ali Moha a annoncé que le PIMELAN fera un traitement favorable aux dossiers d’investissements dont les promoteurs sont les femmes et les jeunes, et ceci en matière de production, de transformation, de stockage, de transport et de commercialisation des produits agricoles, d’élevage et de pêche.

Peu après ce lancement, un accord de partenariat a été signé entre le PIMELAN, les banques BAGRI, BISIC et Atlantique.

Mamane Abdoulaye(onep)

11 novembre 2020

Source : http://www.lesahel.org/