Radiation de 280 enseignants admis au concours du spécial A et B : Les Nigériens ne sont pas égaux devant la loi

Radiation de 280 enseignants admis au concours du spécial A et B : Les Nigériens ne sont pas égaux devant la loi

Voilà plus de deux ans, précisément depuis le mercredi 18 février 2018, que le conseil d’Etat a rejeté la requête de la demande en annulation de l’exclusion des enseignants du spécial A et B après plus de quatre bonnes années d’attentes. Ils étaient au nombre de 280 enseignants admis au concours du spécial A et B de la promotion 2012 et 2013 à être radiés du registre de la fonction publique. C’était la déception totale sur le visage de ces enseignants, on se rappelle encore, qui étaient venus nombreux au conseil d’Etat pour attendre le verdict. Mais chose curieuse, certains de leurs camarades de la même promotion sont tombés dans les grâces du pouvoir avec des nominations à des postes au niveau de l’administration publique, malgré cet arrêt. Pourtant, le refus de se conformer à un arrêt de la Cour d’Etat est un délit prévu et puni par la loi. Un poids, deux mesures, qu’il faut dénoncer au nom du principe de l’égalité des Nigériens devant la loi. Pourquoi certains doivent être frappés par la loi tandis que d’autres arrivent à contourner cette même loi ? Sous la 7e République, Malheureusement, c’est la magouille qui est devenue la règle dans l’administration publique nigérienne. Actuellement, les concernés, qui dénoncent en bloc cette rupture d’égalité au sein de l’administration publique nigérienne, ne savent plus à quel saint se vouer. Ils attendent simplement la grâce de Dieu, moisissant, entre temps dans une misère indescriptible, sans moyens pour pouvoir accéder aux structures sanitaires de base. Mais, que faire avec le régime actuel sous lequel la force de la loi n’est utilisée que contre une catégorie d’individus. En ce qui concerne les autres, c’est la magnanimité et la faveur des princes.

M.Dodo