Début des examens du BEP session 2021 : 8.812 candidats affrontent les épreuves écrites

C’est hier, mardi 1er juin 2021 qu’ont démarré, sur l’ensemble du territoire national, les épreuves écrites du BEP (Brevet d’Etudes Professionnelles). Pour cette session, ils sont au total 8.812 candidats, dont 3.665 filles inscrits audit examen. A Niamey, c’est le ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, M. Kassoum Mahamane Moctar, accompagné du gouverneur de la région, M. Oudou Ambouka, qui a procédé au lancement des épreuves, au Centre des Métiers du Cuir et d'Art du Niger (CMCAN) de Niamey. Au total, 34 jurys sont commis pour superviser cette session.

En procédant à l’ouverture de l’enveloppe scellée à la cire, contenant la 1ère épreuve du jour, le ministre de l’Enseignement Professionnel a prodigué des conseils aux candidats et leur a souhaité plein succès. «Vous devez respecter les règles qui régissent la tenue d’un examen. Lisez attentivement les épreuves avant de commencer le traitement. Soyez vigilants, attentifs et ne comptez que sur vous-mêmes afin de réussir», leur a-t-il dit. Par ailleurs, le ministre Kassoum Moctar a exhorté les candidats à la poursuite du respect strict du port des bavettes et des mesures de distanciation afin de lutter contre la propagation du virus de la Covid-19. Face à la presse, le ministre Kassoum Moctar a exprimé toute la fierté du gouvernement pour le bon déroulement de l’année scolaire qui s’achève et pour la bonne organisation de ces examens, se félicitant du fait que toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour la bonne tenue de ces examens professionnels.

«Je constate avec fierté que, de plus en plus, les jeunes nigériens ont bien compris l’intérêt de l’enseignement technique et professionnel, qui leur ouvre les portes de plusieurs métiers, voire leur permet d’ouvrir eux-mêmes leurs ateliers ou entreprises. En témoigne le nombre croissant, chaque année, des jeunes, filles comme garçons, qui s’inscrivent dans les centres de formations aux métiers et autres écoles professionnelles», s’est réjoui le ministre. Il a rappelé le signal fort du Président de la République de permettre à l’école nigérienne de retrouver ses lettres de noblesse, de promouvoir l’éducation. Il s’est aussi félicité de ce que les jeunes et leurs parents ont compris que l’éducation est la meilleure arme pour mieux se défendre.

Intervenant à son tour, le Gouverneur Oudou Ambouka a noté que la région de Niamey compte 3.256 candidats dont 1.396 filles, répartis dans 12 centres. Selon lui, les différents programmes, à tous les niveaux, ont été étudiés et épuisés et cela conformément au cahier de charges. Il s’est réjoui du fait que les Autorités de la 7ème République ont pris toutes les dispositions pour un bon déroulement de cet examen. «Le Président de la République, Chef de l’Etat Mohamed Bazoum a fait sienne la question de l’éducation. Ce qu’il a d’ailleurs exprimé dans le Programme de la Renaissance Acte III», a indiqué le gouverneur de Niamey. Il a saisi l’occasion pour rendre hommage à tous les acteurs de l’éducation. «Avec l’intérêt que nous accordons à notre système éducatif, technique et professionnel, nul doute que nos enfants prendront, de moins en moins, la route de l’exil ou du terrorisme», a souhaité M. Oudou Ambouka.

Notons que les candidats au BEP auront à composer sur des épreuves théoriques d’enseignement général (Math, Français, Monde Contemporain, Physique, Arabe, Anglais et des épreuves techniques et professionnelles (Travaux pratiques, Technologie, Calcul professionnel, Dessins techniques, etc.). Au total, ce sont 35 filières, subdivisées en secteurs (Industriel, Tertiaire et Primaire) et comprenant en moyenne 7 matières, qui sont concernées lors de cette session du Brevet d’Etudes Professionnelles.

Mahamadou Diallo(onep)

02 juin 2021
Source : http://www.lesahel.org/