Rentrée scolaire 2021-2022 : Environ 4.400.000 élèves reprennent le chemin de l’école, ce matin

Les élèves du cycle préscolaire, primaire et secondaire et ceux de l’enseignement technique et professionnel reprennent ce matin le chemin de l’école.  A la veille de cette rentrée, le ministre de l’Education nationale, Dr Rabiou Ousman a livré un message dans lequel, il a évoqué le contexte ainsi que les mesures prises par le gouvernement pour une bonne rentrée académique 2021-2022. L’intervention du ministre a eu lieu le samedi 2 septembre dernier au Palais des congrès en présence de tous les ministres en charge de l’éducation et de la formation, de l’ambassadeur, Chef de file des partenaires du secteur de l’éducation et de la formation, des cadres centraux et régionaux de l’éducation et de la formation et de plusieurs invités.

Dans son message, le ministre de l’éducation nationale a indiqué que ce sont environ 4.400.000 élèves et apprenants, encadrés par près de 105.000 enseignants, qui reprendront le chemin des 18.100 établissements scolaires, tant publics que privés, répartis sur l'ensemble du territoire national. Au niveau de l'enseignement technique et de la formation professionnelle, 116.379 élèves et apprenants des cycles formels publics et privés de formation feront leur rentrée dans 487 établissements et centres de formation. «Les enseignants et formateurs seront au nombre de 5.500», a dit le ministre de l’Education nationale.

Pour le secteur de la jeunesse et des Sports à l'INJS de Niamey, a précisé Dr Rabiou Ousman, 1.400 élèves et étudiants, encadrés par 17 enseignants permanents et 50 vacataires reprendront les cours. Au niveau des centres de promotion des jeunes (CPJ) (flux scolaire), 5.134 élèves encadrés par 154 enseignants reprendront les chemins de 22 établissements de formation du secteur de la jeunesse et des sports. Dans le domaine de la culture et des arts, «ce sont 1.473 élèves (610 garçons et 863 filles) qui reprendront le chemin des neuf Ecoles de Formation Artistique et Culturelle (EFAC) disséminées dans les huit régions du pays, animées par 83 encadreurs», a-t-il précisé.

Aussi, Dr Rabiou Ousman a rappelé que l'année scolaire 2020-2021 s'est déroulée dans un climat social apaisé, malgré les effets néfastes de la crise sanitaire liée la Covid 19 et celle sécuritaire. En effet, a-t-il poursuivi, la situation d'insécurité que connaissent certaines régions de notre pays, particulièrement celles de Diffa et de Tillabéry, a occasionné, entre autres, la fermeture de 424 écoles dont 409 du primaire et 15 établissements secondaires, d'importants dégâts matériels et mêmes des pertes en vies humaines, compromettant ainsi l'avenir de plus de 36.500 élèves.

Au niveau du Ministère de l'Education nationale, l'un des faits marquants de l'année scolaire précédente a été la faiblesse des taux de réussite aux examens du BEPC et du Baccalauréat qui sont respectivement de 20,51% et de 22,75%, contre 30% et 25% en 2019. «Ces résultats somme toute insuffisants au regard des énormes efforts que déploient l'Etat et ses partenaires, sont révélateurs de la contre-performance de notre système éducatif», a relevé le ministre de l’Education nationale. Par contre, Dr Rabiou Ousman s’est réjoui des taux de réussite aux examens techniques et professionnels. Ainsi, dit–il, au niveau du Certificat de Qualification Professionnelle, diplôme qui sanctionne la fin du cycle au niveau des Centres de Formation aux Métiers (CFM), le taux de réussite est de 89,57%. «Le Certificat d'Aptitude Professionnelle (CAP) a quant à lui réalisé un taux de réussite de 82,74% pendant que le Brevet d'Etudes Professionnelles (BEP) réalisait un taux de réussite de 54,56 %. Le taux de réussite au Certificat d'Aptitude Professionnelle aux Métiers des Arts et de la Culture, session de 2021 est de 89,23%», a-t-il souligné.

Le ministre en ensuite annoncé que cette nouvelle année qui débute, a été placée sous le signe de réformes profondes de notre système éducatif. En effet, a-t-il poursuit, plusieurs mesures phares sont envisagées par le Ministère de l'Education Nationale dans l'optique d'améliorer la qualité, l’accès à l'éducation particulièrement des jeunes filles et la gouvernance du système. Certaines seront en vigueur dès le 1er jour de la rentrée. Il s'agit entre autres, de la poursuite de la reforme curriculaire, consacrant l'utilisation de nos langues comme langues d'enseignement au cours des premières années d'apprentissages ; la restructuration des Ecoles Normales de formation initiale pour qu'elles répondent aux besoins quantitatifs et qualitatifs en enseignants et encadreurs pour les cycles du primaire et du secondaire ; l'accélération de la scolarisation de la jeune fille par la mise en œuvre de la stratégie nationale et de son plan d'action ; la poursuite de la construction des internats des filles, conformément aux engagements du Président de la République ; l’amélioration de la gouvernance et la lutte contre la corruption, sous toutes ses formes.

Sur ce dernier point, Dr Rabiou Ousman a affirmé que le ministère de l'Education nationale a pris des mesures pour bannir, entre autres, la pratique courante des recrutements frauduleux dans les écoles publiques au détriment des écoles privées. «Les multiples cotisations illégales auxquelles sont soumis les élèves et leurs parents, tout au long de l'année scolaire seront formellement interdites», a-t-il prévenu. Le ministre de l’Education nationale a enfin invité tous les partenaires sociaux à un dialogue constructif. «Ensemble de marinière franche et sincère, nous bâtissions l’école de demain», a estimé Dr Rabiou Ousman.

Yacine Hassane

04 octobre 2021
Source : http://www.lesahel.org/