Jeux Olympiques : Sept (7) nigériens dans les starting-blocks de Tokyo 2020

Ils sont sept ambassadeurs qui défendront du 23 juillet au 8 août prochain, les couleurs du Niger à l’occasion des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Il s’agit de Abdoulrazak Issoufou Alfaga, Tekiath Ben Youssef, Ismael Alassane, Amina Seyni, Badamassi Sanguirou, Alassane Seydou Lancina, et Roukaya Moussa Mahamane. Ils ont la lourde tâche de s’illustrer au pays du soleil levant en cherchant le podium en taekwondo, en judo, en athlétisme, et en natation. Qui sont nos sept gladiateurs ?

De ses premiers pas sur le tatami en 2001, Abdoul Razak ne garde qu’un vague souvenir sur le nom de son  club du quartier Jangorzo où ses frères et lui, à la faveur d’un cousin taekwondoiste, avaient eu un contact initial  avec cet art. La malencontreuse blessure de ce cousin au cours d’un combat, et son décès  quelques semaines plus tard avait poussé le père de Abdoul Razak à interdire la pratique du Taekwondo à ses enfants. Trois ans se sont écoulés depuis ce tragique événement, et Abdoul Razak s’est retrouvé au Togo. Comme il est sur la frontière entre le Togo et le Benin, il s’inscrit dans un club béninois et s’engage dans le championnat local. La même année, il remporte la médaille d’or et par amour pour sa patrie le Niger, il décline une offre de sélection dans l’équipe nationale de Taekwondo du Bénin. De retour au pays en 2009, Issoufou Alfaga AbdoulRazak intègre le club « CHO » sis dans l’enceinte de la samaria Lacouroussou de Niamey. Il débute alors une carrière des plus prometteuses. Plusieurs fois, champion national du Niger, Issoufou Alfaga Abdoul Razak accumule les trophées et les distinctions. « J’ai tout gagné au Niger au point où la fédération de Taekwondo m’a conseillé en mars 2015, de ne plus participer aux compétitions nationales, pour me consacrer uniquement aux tournois internationaux » confie-t-il. L’ascension de Issoufou Alfaga Abdoul Razak a continué même au niveau international. Plusieurs fois champion d’Afrique de sa catégorie dont le dernier titre remporté cette année encore à Dakar, Alfaga ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Il accumule pendant une bonne décennie des lauriers sur tous les continents et vole de succès en succès.  En janvier 2015, il s’envole pour les Etats Unis d’Amérique où il participe à l’US Open de Floride. A cette occasion, il livre six combats contre 2 américains, 1 polynésien, 1 brésilien, 1 canadien et 1 anglais. Il remporte ces six combats en  infligeant un KO à l’un des deux américains, avant de battre en finale son adversaire anglais. Il gagne donc une prestigieuse médaille d’or qui vaut véritablement son pesant d’or. « Je sens une deuxième médaille olympique pour le Niger à Rio parce que c’est mon objectif et j’ai l’expérience » disait-il avec conviction. Et un an après, à l’occasion des Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, Alfaga s’offre une médaille d’argent, l’une des plus belles que le Niger ait connue. Aujourd’hui à Tokyo 2020, il s’est fixé pour objectif de monter sur la plus grande marche du podium olympique. Abdoul Razak  veut de l’or ! Pensionnaire du Taekwondo Competence Center(TCC) à côté de Munich en Allemagne, Abdoul Razak  ne vit que pour cet art martial, objet de sa passion. « Je ne fais rien d’autre que le Taekwondo, parce que le sport de haut niveau est inconciliable avec une autre activité. Il faut toujours penser à ce que l’on fait et Dieu fera le reste»  ajoute-t-il. Malgré son immense talent et ses monumentales prouesses au plan mondial, Abdoul Razak est resté un garçon très

modeste, disponible, serviable et respectueux. A ses côtés, il ya Tekiath Ben Youssef. Cette policière de son Etat, a montré l’étendue de ses talents de Taekwondoiste aussi bien au Niger que sur les tatamis des rencontres internationales. Championne d’Afrique en titre dans sa catégorie depuis quelques mois à Dakar, elle rêve d’une première médaille olympique au Pays du Soleil levant. Elle en a les qualités et surtout l’envie. Ismael Alassane constitue le 3ème espoir de médaille pour le Niger. Ce judoka de 26 ans (ceinture noire 3ème DAN) qui a beaucoup progressé en si peu de temps dans sa catégorie de -66kg, a réussi avec la manière à décrocher son ticket qualificatif pour Tokyo 2020 sur le tatami. Ismael a débuté très tôt sa carrière de judoka, à l’âge de 9 ans au Samouraï Judo Club de Niamey. Au Championnat d’Afrique Junior que l’Algérie a accueilli en 2013, Ismael a terminé 5ème. Il a ensuite participé à trois championnats du monde de judo, dont deux en Hongrie et un au Japon. En 2018, il remporte la médaille de bronze à l’Open de Yaoundé au Cameroun. « A Tokyo 2020, j’entends honorer mon pays en faisant une belle prestation et en remportant une médaille olympique ».  Amina Seyni, l’athlète de 400 et 200 mètres sera aussi de la partie à Tokyo 2020. A ses débuts en 2014, elle courait les 3000 et les 5000 mètres. A partir de 2016, elle a commencé à être alignée sur les 800 et les 1500 mètres. Amina a participé au tournoi de la solidarité de Ouagadougou, au Meeting de Bamako, à la Diamond league, au Grand Prix d’ Allemagne et de Belgique respectivement en 2018 et 2019. Ses records sur les différentes distances sont impressionnants. Elle court les 100 m en 11’51’’ ; les 200 m en 22’58’’ ; et les 400m en 49’19’’. Cette gazelle du Sahel fait peur sur les 400 m, en titillant les plus grandes de ce monde. Mais à Tokyo, elle ne pourra pas courir sur sa distance de prédilection (400m) ; une décision de l’IAA exige d’elle des examens spéciaux avant de l’autoriser à s’aligner sur  cette distance. Elle sera  néanmoins sur les 200m. Malgré tout, elle reste confiante, et espère faire une bonne prestation. Il y aura aussi à ses côtés Sanguirou Badamassi. Deux nageurs qui ont effectué de belles prestations dans la sous- région ouest africaine font partie de l’équipe du Niger au Japon. Il s’agit d’Alassane Seydou Lancina et de Roukaya Moussa Mahamane. Alassane Seydou Lancina détient le record du centre d’entrainement de la CANA de Dakar au Sénégal  sur 100 mètres nage libre ; le record national du Sénégal sur 100 mètres en nage libre ; les records nationaux du Niger sur  50 m en nage libre homme, 100 m en nage libre homme, 50 mètres Dos homme, 50 mètres papillon homme. Il a un temps d’engagement aux JO de 54’’53 sur  100 mètres nage libre ; 24’’73 sur  50 mètres nage libre. Quant à Roukaya Moussa Mahamane, elle participe pour la deuxième fois aux Jeux Olympiques. Rompue aux compétitions internationales, elle a participé aux Jeux Africains du Maroc ; au championnat d’Afrique de natation CANA en Algérie ; au championnat de la zone2 CANA au Sénégal ; au championnats du monde de natation en Coré du Sud ; au championnats du monde de natation (25m) en Chine ; au championnat du monde de natation en Hongrie ; au championnat du monde de natation à Windsor ; et au championnat du monde de natation en Russie.   Après Rio de Janeiro en 2016, elle emprunte le chemin de Tokyo 2020 avec le secret dessein de faire une belle prestation pouvant déboucher sur une médaille.

Par Oumarou Moussa(onep)

12 juillet  2021
Source : http://www.lesahel.org/