Allocution du Président de la République, Chef de l’Etat, à l’occasion du sommet virtuel de l’ONU sur le thème «Générations sans limites : connecter la moitié du monde aux opportunités» (2)

 «Madame et Messieurs les Chefs et de Gouvernements,

Monsieur le Secrétaire Général des Nations-Unies,

Chers Amis jeunes Sans Frontières,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de remercier les organisateurs de la présente session pour m’avoir associé aux échanges sur ce thème important : « Générations sans limites : Connecter la moitié du monde aux opportunités. » Pour le Niger cette initiative constitue une occasion idéale pour accélérer l’accès universel au numérique en vue d’atteindre les objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

Nous le constatons tous les jours, le numérique prend au fil des ans une place importante dans notre existence. Porteur de potentialités inestimables, il constitue le symbole de ce que d’aucuns considèrent comme la 4e révolution industrielle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si quatre des plus grandes entreprises du monde désignées par l’acronyme GAFA (Google, Amazon, Facebook Apple) relèvent du domaine des technologies de l’Information et de la Communication (TICs).

L’Afrique a malheureusement peu profité des trois premières révolutions industrielles, elle ne doit pas être laissée en marge de cette quatrième révolution. Certes, l’accès à ces TICs demeure relativement faible dans les pays en développement dont une bonne partie se trouve en Afrique mais des opportunités nombreuses et des atouts importants existent pour réduire cette fracture numérique.

Mesdames, Messieurs,

S’il est un domaine dans lequel le numérique doit constituer une formidable opportunité de changement pour nos pays, c’est bien celui de l’éducation. En effet, face aux chocs multiformes qui impactent profondément nos systèmes éducatifs, le numérique apparait plus que jamais comme un outil de résilience remarquable.

L’exemple du choc sécuritaire dans le Sahel, qui a occasionné ces derniers mois la fermeture de milliers d’écoles dans nos Etats, illustre cette réalité. Il en est de même au niveau global avec le choc sanitaire dans lequel le monde est plongé depuis la fin de l’année 2019 du fait de la COVID 19. L’obligation de distanciation sociale et le confinement ont conduit à la fermeture des écoles d’une grande partie de la planète, perturbant ainsi les systèmes éducatifs du monde entier.

L’Afrique a un important actif démographique. Plus de la moitié de la population a moins de 20 ans dans 40 pays africains. Il faut transformer cet actif démographique en dividende économique. Pour ce faire, il faut non seulement soigner, éduquer et former ces jeunes, mais aussi leur créer des emplois. Déjà, 10 à 12 millions d’entre eux arrivent sur le marché de travail chaque année et ce chiffre va en croissant. 

Mesdames, Messieurs,

La crise sanitaire provoquée par la pandémie de la COVID19 a révélé la fracture numérique qui prévaut dans le monde. Dans le cas du Niger, une minorité d’élèves habitant les grands centres a pu grâce au numérique, maintenir un lien avec l’école, tandis que la grande majorité, qui vit en milieu rural, a été quant à elle littéralement coupée du monde, se retrouvant ainsi dans l’impossibilité de poursuivre une scolarité

normale, du fait de l’inaccessibilité des familles au numérique. C’est pourquoi la Covid19 est une opportunité pour façonner l’éducation au XXIe siècle grâce au numérique, seul moyen qui a permis la poursuite des enseignements-apprentissages dans le monde, durant la période de confinement.

Grâce au numérique, le droit à l’éducation peut être garanti en dépit des catastrophes naturelles. Il permettra de mettre fin aux inégalités dans l’accès au savoir. Il permettra aussi d’améliorer la qualité de l’enseignement, car l’enseignement à distance créera les conditions d’une formation des enseignants à la fois permanente, efficace et efficiente.

Enfin, eu égard à l’inégal accès aux manuels scolaires dans nos écoles, la vulgarisation des outils numériques à grande échelle dans nos établissements sera l’assurance pour les jeunes de disposer chacun, de contenus pédagogiques nécessaires à leur formation.

«La révolution numérique peut servir non seulement le secteur de l’éducation mais aussi tous les autres secteurs de l’activité humaine : santé, agriculture, industrie, etc.», déclare SEM. Issoufou Mahamadou

Mesdames, Messieurs,

Aujourd’hui, l’enseignement à distance apparait comme une nécessité et un atout pour notre planète. Le numérique doit dorénavant constituer le bouclier avec lequel nos systèmes éducatifs renforceront leur résilience face aux crises et catastrophes diverses.  C’est pourquoi, je lance un appel à tous nos partenaires au développement afin qu’ils nous accompagnent en vue d’atteindre cet objectif d’accès universel à Internet.

D’ores et déjà, permettez-moi de me féliciter du démarrage prochain du projet LIRE, fruit de la coopération entre le Partenariat Mondial de l’Education et le Niger. Cet important projet, financé à hauteur de 140 millions de dollars américains, aura pour objectif la mise en œuvre d’une stratégie à court et moyen terme pour systématiser l’utilisation du numérique, en permettant d’une part l’optimisation des processus de gestion et d’aide au pilotage, et d’autre part le développement des usages du numérique pour accompagner les pratiques pédagogiques.

Dans le même élan, d’autres initiatives importantes sont mises en œuvre par le Niger avec l’appui des

partenaires comme, entre autres, ‘’GIGA’’ pour connecter plus de 19000 écoles ou encore le projet "Pathfinders" pour un programme pilote de connexion de 100 écoles en collaboration avec l’UNICEF.

En outre, plusieurs autres projets sont actuellement mis en œuvre par le Gouvernement nigérien dont notamment :

- le Projet Villages Intelligents qui bénéficie d’un financement de $100M avec la Banque Mondiale pour désenclaver numériquement plusieurs milliers de villages,

 - le Projet « COURSERA » qui est la plus grande plateforme de cours en ligne au monde. Ce projet donne un accès gratuit à tous ses cours à 15000 Nigériens.

- la compétition e-TAKARA qui vise à “Détecter et Promouvoir les Talents Nigériens” dans le cadre de la stratégie numérique Niger 2.0.

-ALGO BOT Niger (http://algobot-edu.org/) mis en place depuis 2018 qui initie les jeunes élèves aux sciences informatiques et à la robotique.

Mesdames et Messieurs,

La révolution numérique peut servir non seulement le secteur de l’éducation mais aussi tous les autres secteurs de l’activité humaine : santé, agriculture, industrie, etc. Elle constitue une réponse à la fragilité du monde face aux défis multiformes qu’il affronte. Elle peut faciliter nos actions communes.

La pandémie de la Covid-19 aurait été encore plus dévastatrice si elle était apparue vingt ans plus tôt. Le monde aurait été coupé entre plusieurs régions sans possibilité de communication, donc de coordination de la riposte. Les TICs ont grandement contribué au succès enregistré dans la riposte.

 C’est dire que l’initiative "Génération Sans Limites" visant à connecter la moitié de l’humanité revêt tout son sens. Il revient à la communauté internationale d’œuvrer davantage à la concrétisation de ce projet qui participe de la stabilité et du monde et de l’accélération des objectifs du développement durable.

Je vous remercie. ».

1er septembre 2020
Source : http://www.lesahel.org/