Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

mardi, 24 mai 2011 15:19

Libération des 4 officiers accusés de complot contre la sureté de l’Etat : l’accusation dans ses petits souliers Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
coup_detat_avLa Cour d’Etat vient de laver ces quatre valeureux officiers de toute présomption d’atteinte à  la sureté de l’Etat. Ils ont désormais recouvré leur liberté et pourront intégrer leurs grades respectifs dans l’Armée, selon leur avocat Me Coulibaly. Les Colonels Abdoulaye Badié, Amadou Diallo et Abdou Sidikou et le Lieutenant-colonel Aboubacar Amadou Sanda étaient en détention par rapport à une accusation de tentative de Coup d’Etat et d’assassinat du chef de la junte Djibo Salou.

Le feuilleton digne des séries policières américaines est révélé par le limogeage et l’arrestation du Haut Commandant de la Garde Nationale, Abdou Sidikou. Ensuite, l’opinion apprend, ahurie, que le poste de secrétaire permanent du Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie (CSRD), occupé par celui qui est présenté comme le N°2 de la junte, le colonel Badié, est supprimé. Puis, le Colonel Diallo se voit relevé de ses fonctions de Commissaire du Gouvernement auprès du tribunal militaire. Tous les deux furent par la suite arrêtés avec le Lt-colonel Aboubacar Sanda.

Dès lors la rumeur s’enflamme et des bruits de coup d’Etat fusent de partout à défaut d’une explication claire des autorités de la Transition. Celle-ci arrive et confirme la rumeur par le biais d’un communiqué lu par un Goukoye méconnaissable qui bafouille à plusieurs reprises. Le communiqué annonce que les présumés auteurs du complot voulaient prolonger la durée de la Transition, qu’ils avaient des ambitions politiques, qu'ils ne voulaient pas de la commission de moralisation et qu’ils voulaient, cerise sur le gâteau, liquider Djibo Salou ! Quand le premier ministre Mahamadou Danda avait parlé d’une incompréhension entre frères d’armes personne n’y croyait mot. C’est pourtant ce que la Cour d’Etat a révélé en lavant les quatre présumés comploteurs de toutes charges. Selon leur avocat, Me Coulibaly, ils étaient entrés dans l’œil du cyclone parce qu’ils ne partageaient pas certaines méthodes de gouvernance de Djibo Salou et de sa clique. L’avocat a même évoqué une grave affaire de concussion tournant autour d’une importante somme d’argent prise avec les chinois au titre d’une dette.

Bref, les quatre officiers doivent leur salut à une justice indépendante mais aussi à la détermination de leurs épouses. Mme Diallo a beaucoup pesé dans cette décision de justice en ne baissant pas le bras et en traquant le mensonge. C’est donc un happy end que connait cette affaire mais qui risque néanmoins de connaitre des rebondissements. Car ces officiers ont été trainés dans la boue et leurs familles respectives avaient subies des graves préjudices que seul un mea-culpa public des auteurs de la machination pourrait réparer. Car, en vérité, la chose serait trop facile s’ils se contentaient de simples excuses entre officiers. Les quatre officiers doivent engager des poursuites au nom du droit à la verité et de la lutte contre l’imputé.

Idwal

24 mai 2011
publié le 23 mai 2011
Source :
La Hache
Lu 1239 fois Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15