Levée de corps du feu Saidou Sidibé, président de la Cour des Comptes : L'administration nigérienne perd un cadre dévoué

Feu Saidou SidibeLe premier président de la Cour des Comptes M. Saidou Sidibé est décédé le jeudi 30 Août 2018 à Niamey. Il s'en est allé des suites d'une courte maladie, laissant ainsi un grand vide aussi bien à sa famille que pour l'administration nigérienne qu'il a servie jusqu'à l'heure fatidique. Ils sont nombreux ses parents et connaissances; camarades politiques ; représentants du corps diplomatique et collaborateurs de service à assister vendredi 31 Août 2018 à la morgue de l'hôpital de Niamey, à la levée du corps de l'illustre disparu. La cérémonie s'est déroulée en présence du Premier ministre, Chef du gouvernement S.E Brigi Rafini, du premier Vice-président de l'Assemblée Nationale et du Haut Représentant du Président de la République M. Seini Oumarou et de plusieurs personnalités.
Discret et courtois, feu Saidou Sidibé est un homme aimable et loyal. C'est en substance les caractéristiques décrites par le ministre des Finances M. Massoudou Hassoumi qui est aussi l'un des camarades politiques du défunt. Dans l'oraison funèbre, on retient également que le regretté Saibou Sidibé est né le 3 décembre 1952 à Niamey. Il effectua des brillantes études primaires et secondaires couronnées de succès avec l'obtention du Baccalauréat série D à Niamey. Il entama ses études supérieures à l'Université de Dakar où il obtint une maitrise de gestion, un Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en contrôle de gestion décroché à l'Université de Bordeaux en France. A la fin de ce parcours scolaire et universitaire, il débuta une carrière de haut fonctionnaire dans l'administration nigérienne à partir de 1979.
Saidou Sidibé occupa successivement les fonctions ci-après : de 1983 a 1985, directeur du centre des métiers d'art du Niger ; 1986 à 1992, directeur du projet de développement institutionnel des Entreprises Publiques ; 1989 à 1997, président du conseil d'administration de l'Office des Postes et Télécommunications ; 1990 à 1992, directeur des participations, chargé notamment du suivi du Programme d'Ajustement Structurel des Entreprises Publiques ; 1992 à 1999, membre du Comité National du Crédit de la BCEAO, Administrateur de l'Office des Produits Vivriers du Niger, du RINI, de la SOMAIR et de la NIGELEC ; 1992 à 1995, directeur des Relations Monétaires et Financières ; 1995 à 1997, secrétaire général adjoint au ministère des Finances et du Plan ; 1996 à 1997, président du conseil d'administration de la Banque Commerciale du Niger (BCN) ; 1996 à 1998, vice gouverneur de la Banque Africaine de Développement.


Cette riche carrière administrative fut associée à des multiples travaux, notamment de restructuration et de redressement de plusieurs entreprises publiques. Feu Saidou Sidibé fut aussi consultant pour le compte de l'Union Européenne, de la Banque mondiale, du Système des Nations Unies au Niger comme à l'étranger. Il est aussi auteur de nombreuses publications dont « L'aide publique au développement, un outil à réinventer » qui est l'ouvrage de référence co-écrit avec Guillaume Ollivier aux Editions Charles Léopold Mayer en février 2004. Cette vaste expérience a été mise au service d'un engagement politique. Ainsi, sur le plan politique, il fut l'une des figures importantes du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Tarraya) dont il est membre fondateur. Au sein de ce parti, il occupa des hautes fonctions comme secrétaire national à l'économie, puis secrétaire national à l'intégration africaine et à la coopération internationale ; directeur de campagne du candidat Issoufou Mahamadou aux élections présidentielles de 1999, 2004 et 2011. Il fut aussi le principal auteur et responsable des programmes successifs du PNDS-Tarraya en particulier le programme de la Renaissance de 2011.

Apres la victoire du Président Issoufou Mahamadou à l'élection présidentielle de 2011, il occupa les fonctions suivantes : d'avril 2011 à Août 2013, directeur de cabinet du Premier ministre ; d'août 2013 à juin 2015, directeur de cabinet du Président de la République ; de juin 2015 à septembre 2016, ministre des Finances, puis ministre de l'Economie et des Finances et de septembre 2016 au 30 août 2018, premier président de la Cour des Comptes. Il accomplit toutes ces hautes missions avecrigueur, compétence et loyauté. Saidou Sidibé a reçu de nombreuses distinctions dont la décoration au grade de commandeur de la légion d'honneur par le président de la République française. Après la lecture de ce discours d'hommage, le Premier ministre, Chef du gouvernement est allé s'incliner devant la dépouille mortelle avant de présenter ses condoléances à la famille du défunt. La dépouille mortelle a été transportée au cimetière musulman de Yantala où elle a été inhumée.

Hassane Daouda(onep)

03 septembre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique