Conférence de presse du Rapporteur Spécial des Nations-Unies sur les droits humains des migrants : M. Felipe González Morales invite la communauté internationale à soutenir le Niger dans la gestion de la migration

Suite à sa mission au Niger, le Rapporteur Spécial des Nations-unies sur les droits humains des migrants, M. Felipe González Morales, a animé une conférence de presse hier après-midi dans les locaux de la Maison des Nations Unies à Niamey. Huit jours en contact avec les migrants ainsi que les autorités et les acteurs intervenant dans ce secteur, ont permis à M. Felipe González Morales de mieux comprendre l’impact des politiques de retour sur les droits humains des migrants et les mesures adoptées pour prévenir les violations de leurs droits et les protéger y compris ceux qui sont en situation de vulnérabilité.

Dans son rapport préliminaire qui sanctionne la fin de sa mission au Niger, le Rapporteur Spécial des Nations-unies sur les droits humains des migrants a fait plusieurs recommandations à l'endroit des autorités du Niger, de l'Algérie et de la Libye, ainsi que des organisations partenaires intervenant dans le secteur de la migration. Durant sa mission de huit jours au Niger, M. Felipe González Morales, a rencontré les organisations internationales et les bailleurs de fonds, la Commission nationale des droits humains (CNDH), la société civile et les migrants eux-mêmes à Niamey et Agadez, ainsi que plusieurs hauts responsables du Gouvernement en charge des questions migratoires et de la gestion des frontières. Il a également visité dans ces deux régions, des centres pour migrants, des camps pour réfugiés et des "ghettos", ces endroits où vivent les migrants sur leur route pour l’aventure. Cette visite de terrain a permis à M. Felipe González Morales de comprendre la manière par laquelle le Niger répond aux dynamiques complexes actuelles de la migration irrégulière dans la région, et en particulier au nombre croissant de migrants, y compris les enfants, expulsés des pays voisins. Au cours de ces dernières années, le Niger est devenu un pays de transit majeur sur la route migratoire transsaharienne.

Lors de la conférence de presse, M. Felipe González Morales a affirmé que la migration a toujours été un phénomène naturel dans la réalité économique, sociale et culturelle du Niger, et que les migrants constituent une partie de sa société. Depuis 2014, a-t-il souligné, le Niger est devenu un pays de transit pour les migrants qui retournent dans leurs pays d'origine, dont la plupart ont été expulsés ou forcés de partir de l'Algérie et de la Libye. Malgré les conditions économiques et sécuritaires difficiles qu'il traverse «le Niger a démontré une ouverture d'esprit, une générosité et une solidarité en accueillant les migrants en situation vulnérable, les demandeurs d'asile et les réfugiés à la recherche d'une protection internationale, montrant ainsi l'exemple à plusieurs pays et régions à travers le monde, qui ont été envahis par des discours et des pratiques xénophobes et anti-migration», a déclaré M. Felipe González Morales.

Aussi, le Rapporteur Spécial des Nations-Unies sur les droits humains des migrants a rappelé les différentes mesures prises par le pays. Il a, par la même occasion, invité la communauté internationale à soutenir le Niger dans ses actions dans le secteur de la migration. Le Rapporteur Spécial présentera un rapport de mission détaillé au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en juin 2019.

De nationalité chilienne, M. Felipe González Morales a été nommé Rapporteur spécial sur les droits de l'homme des migrants en juin 2017 par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, pour une période initiale de trois ans. En tant que Rapporteur spécial, il est indépendant de tout gouvernement ou organisation et sert à titre indépendant.

Souleymane Yahaya (Stagiaire)

09 octobre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique