Cérémonie de clôture de la 2ème session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2018 : D'importantes recommandations adoptées

Le Conseil Économique, Social et Culturel (CESOC) a clos, hier après-midi à Niamey, les travaux de sa seconde session ordinaire au titre de l'année 2018. Pendant quinze jours, les conseillers se sont penchés sur de nombreuses problématiques touchant à la vie économique, sociale et culturelle de la nation. Le CESOC a invité, au cours de cette seconde session, des responsables gouvernementaux et administratifs à partager avec lui sur certaines préoccupations nationales. A la cérémonie de clôture, le bureau du CESOC s'est engagé à stimuler la réflexion et à créer les conditions de partage dans le respect de la pluralité des opinions.

Procédant à la clôture officielle des travaux, le président par Intérim du CESOC, Elhadj Akoli Daouel, s'est réjoui de l'adoption d'une nouvelle approche stratégique par la mise en route prochaine du plan quinquennal d'actions de l'institution. Il a par conséquent félicité tous les membres du conseil pour leur pleine implication dans les travaux et leur a demandé de persévérer dans cette nouvelle dynamique pour un CESOC encore plus visible. « Nos pertinentes recommandations prouvent, si besoin en est, que chacun de nous est animé du souci de rendre le CESOC encore plus performant parce que ses avis contribuent à impacter positivement les politiques publiques de développement de notre pays », a t-il souligné.

Au plan sécuritaire, Elhadj Akoli Daouel a loué les importants efforts que déploient le Gouvernement, les Forces de Défense et de Sécurité et l'Administration Territoriale pour assurer la quiétude et la paix sur l’ensemble du territoire. Pour leur part, a t-il affirmé, les conseillers s'emploieront comme toujours, à sensibiliser les populations relativement à leurs indispensables contributions dans le domaine de la sécurité. Pour être à l'écoute des populations, «des déplacements des membres du conseil seront désormais fréquemment organisés par le CESOC, en particulier en région», a conclu le président par Intérim du CESOC, Elhadj Akoli Daouel.

Au cours des différentes interventions lors des travaux, les conseillers ont noté que chaque Nigérien est interpellé quant à ses connaissances des événements de notre passé qui impliquent de facto le développement du sentiment national et le rayonnement du pays. A ce sujet, le CESOC recommande fortement aux autorités d'inventorier tous les sites de mémoire ou site historiques, d'ériger des places dédiées aux grandes figures de l’histoire nigérienne et d'intensifier la formation civique des citoyens.

A la suite de la suppression du Certificat de Fin d’Études du Primaire, les conseillers sont unanimes quant à la nécessite d'une évaluation plus rigoureuse des élèves en classe de CM2 pour le passage en classe de 6ème, afin de mieux cerner l'impact de la réforme sur le second cycle. S'agissant de l'évaluation des enseignants contractuels du primaire, le CESOC recommande aux autorités de renforcer le programme de formation continue des enseignants, de veiller encore plus à la qualité de la formation continue dans les écoles normales, d'améliorer le suivi pédagogique de proximité des enseignants et d'étendre l'opération d'évaluation aux enseignants contractuels du niveau secondaire.

Après une analyse approfondie des causes et des conséquences des mariages précoces ou forcés, les conseillers ont félicité le ministère en charge de la protection de l'enfant pour les mesures déjà prises et les perspectives en vue de l'accélération de l'opérationnalisation du Décret portant sur la protection, le soutien et l’accompagnement de la jeune fille en cours de scolarité.

Le CESOC a notamment fait une recommandation sur les dispositions à prendre pour encadrer et sécuriser les actions des chefs traditionnels et religieux dans le domaine de la prévention et de la gestion des conflits nés des mariages précoces ou forcés.

Souleymane Yahaya (Stagiaire)

12 octobre 2018
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique