Niger UA19/ZLECaf : Les ambassadeurs de Turquie et de la Chine au Niger se prononcent sur la Zlecaf et les relations avec le Niger

Le 33ème sommet de l’Union Africaine aura à porter la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECaf) sur les fonts baptismaux. Or, la ZLECaf ne laisse aucun grand pays de ce monde indifférent. En tout cas, pas la République populaire de Chine, l’Inde et la Turquie qui sont entrain d’établir un partenariat avec ce marché d’un milliard de consommateurs qu’est l’Afrique, jusque-là inondé de biens et services par les puissances occidentales. C’est pourquoi nous avons approché leurs ambassades au Niger pour en parler.

De fait, pour marquer leur intérêt pour cette Zone, la République populaire de Chine, l’Inde et la Turquie ont remarquablement appuyé le Niger pour l’organisation du 33ème sommet de l’Union Africaine.

Ainsi, l’ambassadeur de Turquie au Niger, S.E.M. Mustafa Türker Ari, rappelle que le pays de Mustafa Kemal Atatürk et de Recep Tayyip Erdoğan « a contribué à apporter des formations pour renforcer les capacités des agents du protocole d’Etat, le personnel de l’hôtellerie sans oublier les infrastructures d’ailleurs très visibles, réalisées dans les délais. Ces infrastructures contribuent à l’embellissement de la ville de Niamey et à l’augmentation de ses capacités d’accueil ».

De son côté, l’ambassadeur de Chine populaire au Niger, S.E.M. Zhang Lijun, indique que le pays de Mao Tsé-toung et de Xi Jinping, en cette circonstance, « a accordé une aide en matériels roulants, soit 30 limousines, 6 minibus et 100 motocyclettes, alors que l’Ambassade de Chine au Niger a apporté un appui de 85 millions de Fcfa à l’agence UA Niger ».

Certes, quand on interroge ces Excellences quant à la lecture qu’on doit faire des gestes de leurs pays, la réponse est controuvée. Ainsi, selon Mustafa Türker Ari, « le Niger et la Turquie sont deux pays frères et amis unis par des liens historiques datant de la période de l’Empire Ottoman (15éme siècle) et qui partagent les mêmes valeurs. Ces deux pays s’étaient retrouvés après une forte volonté des deux peuples… Par cet appui, la Turquie a montré toute sa disponibilité à être aux côtés du Niger dans la réalisation de ce grand évènement attendu par toute l’Afrique et les Nigériens qui, à tous les niveaux, n’ont pas ménagé leurs efforts pour la réussite de cette rencontre internationale dont le succès entrainera l’organisation d’autres évènements de ce genre».

Mais, lorsqu’on demande à ces deux plénipotentiaires si leurs pays peuvent vraiment contribuer à la naissance d’un marché continental alors qu’ils veulent tous écouler en Afrique leurs biens et services, la réponse du diplomate turc est la suivante : «la Turquie a suivi l’avènement de la ZLECaf en ce sens qu’elle est favorable à travailler avec l’Afrique sur les transformations économiques. Cet espace dispose d’énormes potentialités lesquelles, si elles sont bien structurées, contribueront à créer des emplois et des possibilités d’échanges entre la Turquie et cet espace qui dispose d’un marché d’1,2 milliards de consommateurs qui attirera des investissements à grande échelle ». Il précise que « les hommes d’affaires turcs ainsi que les investisseurs turcs porteront leur attention sur le Niger dans un futur très proche. Il faut rappeler qu’il y avait déjà une mission dans le cadre du Conseil des Hommes d’affaires turco – nigériens tenu les 17-21 juin 2019. Je peux souligner que les échanges et les visites continueront entre les deux pays ».  

Quant à l’ambassadeur de la Chine au Niger, il affirme que, «depuis ces 40 dernières années, l’économie chinoise s’accroit d’une façon très rapide. La Chine est devenue la deuxième économie mondiale et elle est également le premier partenaire commercial de l’Afrique depuis déjà dix ans. L’année dernière, le volume du commerce sino-africain a dépassé les 200 milliards de dollars américains. Et la tenue à Beijing du Forum de Coopération Sino-Africaine (FOCAC) en septembre 2018 a marqué le début d’une nouvelle ère de la coopération sino-africaine. Il y a quelques jours, la réunion des coordinateurs sur la mise en œuvre des résultats du Sommet de Beijing du FOCAC et la première édition de la Foire économique et commerciale Chine-Afrique se sont tenues avec succès, au cours desquelles les délégations venant de 53 pays africains, y compris le Niger, se sont réunies pour renforcer davantage la coopération. Cela montre la détermination de la Chine et l’Afrique dans la poursuite d’une coopération gagnant-gagnant et dans la construction d’une communauté de destin sino-africaine. En tant que bon frère et partenaire important de l’Afrique, la Chine soutient toujours le peuple africain dans ses efforts pour promouvoir ensemble le développement économique. Ainsi, elle soutient fermement la construction de la ZLECaf, et continue à encourager comme toujours les entreprises chinoises performantes à investir en Afrique, à accueillir l’organisation en Chine des activités au sujet de la promotion du commerce et des investissements par les pays africains, à organiser des missions d’achat en Afrique et à promouvoir l’entrée sur le marché chinois de plus en plus de biens et services africains. En plus, nous voudrions aussi accroître des échanges d’expériences avec des pays africains sur la construction de la zone de libre-échange ». Mieux, « pour partager les expériences avec nos amis nigériens, nous organiserons dans deux mois en Chine un atelier bilatéral sur la construction et la gestion de la zone de libre-échange », assure le diplomate chinois.

Interrogé sur le point de savoir si l’Afrique peut devenir à terme un concurrent de poids comme leurs pays dans la guerre commerciale en cours dans le monde, l’ambassadeur de Turquie au Niger, S.E.M. Mustafa Türker Ari, est formel : «l’Afrique aura plus de parts dans le commerce mondial. A mon avis, l’Afrique peut très bien devenir à court terme un concurrent de poids tout comme la Turquie car le potentiel économique, humain, minier de l’Afrique plaide en sa faveur. Avec la volonté que les décideurs africains affichent, aussi bien que la dynamique créée au sein des populations africaines, l’Afrique peut très bien se positionner et devenir un sérieux concurrent dans le commerce mondial. La Turquie accorde son soutien aux pays africains avec ses entrepreneurs, son expérience, ses relations bilatérales, ses amitiés et sa capacité dans différents domaines ».

Réponse de l’ambassadeur de Chine à la même interrogation : «nous avons toutes les raisons de croire qu’avec le développement en bonne voie de la ZLECaf, le commerce extérieur de l’Afrique aurait un avenir bien prometteur. Aujourd’hui, malgré la remontée de l’unilatéralisme et du protectionnisme ainsi que les défis causés par ces derniers dans le monde, aucun pays ni région ne devraient considérer “être les premiers dans la guerre commerciale” comme leur but de développement. Tout comme le Niger, la Chine est un “propulseur” du multilatéralisme, elle défend fermement la multipolarité, la démocratisation des relations internationales, de même que l’équité et la justice dans la communauté internationale. Tout récemment, le Niger fait son entrée au Conseil de sécurité en qualité de membre non-permanant. Nous sommes convaincus que nos deux pays continueront à coopérer main dans la main sur la scène internationale pour lutter contre l’unilatéralisme, le protectionnisme et pour défendre ensemble le multilatéralisme et le libre-échange ».

Propos rassemblés par Sani Soulé Manzo

05 juillet 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique