Rencontre périodique entre le Gouverneur de la région de Maradi et les couches socioprofessionnelles : Tour d’horizon des questions d’actualité dans la région

Il est de tradition à Maradi que le Gouverneur de la région, M. Zakari Oumarou convoque périodiquement les différentes couches socioprofessionnelles de la région pour les entretenir de toutes les questions du moment qui concernent leur quotidien. C’est dans ce cadre que s’est tenue, mercredi 4 septembre dernier à l’hôtel de ville de Maradi, une réunion similaire.

A l’entame de cette réunion, M. Zakari Oumarou a précisé qu’elle a été convoquée pour échanger sur des sujets d’actualité dans la région. Il s’agit entre autres, de l’état de la campagne agricole ; des résultats de l’année académique et les préparatifs de la rentrée prochaine ; de la situation sécuritaire ; des inondations ; de la fermeture de la frontière avec le Nigéria ; de l’arrivée prochaine de trois gouverneurs des états fédérés du Nigéria et la question de la valise de dollars ramassée dans le département de Tessaoua.

En premier lieu, le gouverneur Zakari Oumaraou est revenu sur la question épineuse de l’insécurité transfrontalière qui a engendré des milliers de déplacés, des cas de décès, des prises d’otages et le vol de bétail dans certaines zones de la région. Pour la période allant du 1er janvier 2019 au 31 août, soit 8 mois, il a été enregistré dans les départements de Guidan Roumji et de Madarounfa, 81 assauts de bandits et voleurs de bétail avec l’enlèvement de 92 personnes. Ces bandits ont tué 31 personnes, blessé 34 autres et emporté 3036 têtes de bétail. Des 92 personnes enlevées, il ressort que certaines ont été libérées suite au paiement de rançon, d’autres libérées par les forces de défense et de sécurité, alors que quelques-unes sont parvenues à s’échapper.

« A l’heure actuelle, le nombre d’otages encore retenus par ces bandits est de quatre (4) à cinq (5) personnes » a-t-il précisé. Après s’être réjoui du fait que les populations ont commencé à collaborer avec les forces de défense et de sécurité sur le terrain, M. Zakari Oumarou s’est indigné du fait qu’au nombre de ces bandits figurent, en bonne place, les fils des terroirs concernés. Le gouverneur a, ensuite, annoncé la venue prochaine à Maradi des gouverneurs des Etats fédérés frontaliers de Maradi, à savoir Katsina, Zanfara et Sokoto pour le samedi 7 août 2019 afin que les deux parties examinent et trouvent une solution durable au problème d’insécurité dans cette zone.

Sur la campagne agricole, la présentation du directeur adjoint régional de l’agriculture fait ressortir la précocité des précipitations cette année. Toutefois, certaines zones ont semé tardivement ; ce qui fait que leurs cultures échappent à la mineuse d’épie qui fait des ravage dans la région. Cette campagne agricole est jalonnée de petites périodes de sécheresses, et connait l’envahissement des ennemis de culture. Comparé à l’année dernière, les prix des céréales à cette période sont abordables. L’Etat a mis à la disposition des populations un important tonnage de semences améliorées, 4283 tonnes d’engrais vendues à un prix abordable et la disponibilité des produits phytosanitaires. Le Directeur régional adjoint de l’Agriculture a enfin relevé la mauvaise répartition des pluies qui caractérise la campagne.

A propos des inondations, sept (7) départements des huit (8) que compte la région ont été touchés à travers 19 communes et 49 villages. Ainsi, à la date de 4 septembre 2019, il a été enregistré 2161 maisons, 324 cases, 12 salles de classes, 5 mosquées, 10 boutiques, une école coranique, 6 greniers et deux cases de santé effondrés. Les familles sinistrés sont au nombre de 1977, soit 22.931 personnes. En outre 8 personnes sont décédées, 45 blessées et 237 hectares de cultures endommagés.

La situation scolaire, universitaire et la formation technique, les audiences foraines d’état civil ont aussi été exposées au cours de cette rencontre.

Concernant le dernier point, relatif à la mallette de dollars ramassée par deux ressortissants de Tessaoua au Nigéria, le gouverneur a donné à l’assistance la quintessence de cette affaire, de son début jusqu’à la sécurisation de cet argent dans un coffre-fort au trésor de Maradi. La transparence avec laquelle il a traité cette affaire, en informant qui de droit et en impliquant toutes les parties qu’il fallait, a convaincu plus d’un participant à cette rencontre. « Des investigations continuent pour élucider cette affaire afin de déterminer l’origine de cet argent » a-t-il déclaré.

Tiémogo Amadou ANP ONEP Maradi

05 septembre 2019
Source :http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique