A la Présidence de la République : Le Chef de l’Etat reçoit plusieurs anciens Chefs d’Etat, l’ambassadeur de Chine au Niger et une délégation du congrès américain

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a accordé hier matin une série d’audiences aux anciens Chefs d’Etat d’Afrique participant au sommet sur le constitutionnalisme pour la consolidation de la démocratie en Afrique organisé par le National Democratic Intitutite (NDI) à Niamey. Il s’agit de Goodluck Jonathan du Nigéria, Nicéphore Soglo du Bénin, Catherine Samba-Panza de la République Centrafricaine et Amos Sawyer du Libéria. Il a également accordé une audience à l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine au Niger, SE. Zhang Lijun.

La première audience a été accordée à l’ancien président de la République Fédérale du Nigeria, SE. Goodluck Jonathan. A sa sortie d’audience, il a déclaré que sa rencontre avec le Chef de l’Etat est privée. Mais il a rappelé que SE. Issoufou Mahamadou était élu Président de la République du Niger lorsqu’il était en exercice. « J’ai pu observer toutes les réalisations faites au Niger depuis son accession au pouvoir. Je suis venu le féliciter pour les grands chantiers exécutés. En venant de l’aéroport international Diori Hamani jusqu’au centre-ville, j’ai vu comment la ville s’est métamorphosée. Je le félicite pour sa promesse tenue. Nous avons également discuté de certaines questions brulantes en sa qualité de Président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). J’ai été satisfait de la manière dont il gère les préoccupations », a-t-il confié.

Ensuite, le Chef de l’Etat s’est entretenu avec l’ambassadeur de Chine au Niger, SE. Zhang Lijun qui a remercié le Président de la République du Niger pour son message de félicitation adressé à son homologue chinois à l’occasion du 70ème anniversaire de la République Populaire de Chine. Le diplomate chinois a aussi évoqué la situation qui prévaut à Hong-Kong dont le chef de l’Etat soutient la position du gouvernement chinois qui est celle de non-ingérence dans les affaires intérieures de la Chine. Ils ont également discuté de la coopération bilatérale entre les deux pays. «Nous avons discuté de la coopération pétrolière. J’ai rassuré le Président de la République que l’entreprise chinoise respectera tous ses engagements. Nous avons échangé sur le problème de sécurité dans la région sahélienne. La Chine soutient les pays du sahel, en particulier le Niger, dans la lutte contre le terrorisme», a affirmé SE. Zhang Lijun.

Peu après, le chef de l’Etat a accordé un entretien à M. Nicéphore Soglo, ancien président du Benin et aujourd’hui vice-président du Forum des anciens chefs d’Etat d’Afrique qui est venu féliciter le Chef de l’Etat pour l’initiative d’organiser ce forum sur une thématique d’actualité et très importante au Niger. Selon lui, après quatre siècles de traite négrière, l’Afrique au sud du Sahara a perdu cent millions d’hommes. « Nous avons subi l’émiettement à l’issue du congrès du Berlin. Nous sommes en train de nous rassembler avec plusieurs institutions. En même temps que nous sommes dans cette démarche, il y’a des problèmes politiques qu’il faut régler dont celui de la durée des mandats qui renforce la stabilité. Ce qui est important pour l’Afrique est de trouver les attributs d’un Etat souverain, c’est à dire un nom, un drapeau, un hymne, une monnaie commune et une armée fédérale, capable de nous défendre et surtout transformons sur place nos ressources naturelles. Nous devrons mettre un terme au pacte colonial. Nous sommes heureux de l’exemple du Nigeria qui a créé la plus grande raffinerie de pétrole d’Afrique et de développer la production rizicole », a-t-il déclaré.

Selon l’ancien président béninois, il ne faut pas qu’en même temps que les gens se battent pour le développement de l’Afrique que certains veulent se maintenir au pouvoir. «Evitons donc une source de conflit. Deux mandats, ça suffit», a reconnu M. Nicéphore Soglo qui a encouragé le Chef de l’Etat de persévérer dans ses nobles initiatives tout en conseillant à certains présidents en exercice de respecter les constitutions de leurs pays.

Le Président de la république a également reçu Mme Catherine Samba-Panza, l’ancienne présidente de la République Centrafricaine. A sa sortie d’audience, elle a déclaré que leur entretien a concerné les priorités du Président de la République, les défis qui se posent au Niger, de sa vision de la pratique démocratique en matière de l’alternance du pouvoir qui est l’objet de leur séjour à Niamey. « Nous l’avons encouragé dans le respect des règles de la démocratie, notamment en ce qui concerne l’alternance. Nous pensons qu’il peut prendre le flambeau de cette alternance de la consolidation de la démocratie en Afrique », a-t-elle martelé.

Le Chef de l’Etat a enfin reçu M. Amos Sawyer, ancien président du Libéria en visite de courtoisie au Chef de l’Etat. Il a rappelé qu’il était venu au Niger pour observer les élections de 2016. A cette période, « j’ai pu rencontrer plusieurs parties prenantes du processus. C’est une opportunité pour moi de revenir à Niamey au moment où les préparatifs des élections vont bon train dans le pays. Nous avons également discuté avec le Chef de l’Etat sur son programme de renaissance », a-t-il conclu.

Dans l’après-midi, le Chef de l’Etat a reçu une délégation du congrès américain conduite par Mme Karen Bass en présence de l’ambassadeur des Etats Unis au Niger, SE. Eric P. Whitaker. Ils ont discuté d’un certain nombre de questions d’intérêt commun. A sa sortie d’audience, elle a manifesté sa reconnaissance d’être reçue par le Chef de l’Etat. Selon elle, les relations entre les Etats-Unis et le Niger demeurent très solides. « Notre intention est d’aider à renforcer les institutions, stimuler la croissance économique, le commerce et les investissements à grande échelle. Egalement faire progresser la paix et la sécurité mais aussi promouvoir les opportunités et le développement», a-t-elle dit.

Evoquant justement la question de sécurité, la date du 4 octobre 2017 coïncide avec l’attaque de Tongo-Tongo. Selon la chef de délégation, face à l’insécurité croissante dans la région du sahel, les Etats-Unis apprécient l’engagement du Niger dans la lutte contre l’extrémisme violent, comme en témoigne sa participation à la force conjointe du G5 Sahel et à la force opérationnelle multinationale dans le bassin du Lac Tchad. «Mes collègues et moi sommes heureux d’avoir intégré le Niger dans le programme de notre visite en Afrique», s’est-elle réjouie.

Mme Karen Bass a en outre dit que l’ambassade des Etats-Unis adopte une approche ‘’3D’’ qui associe les outils de diplomatie, de développement et de défense pour atteindre les objectifs communs. « Bien qu’il reste encore de nombreux défis à relever, nous continuons de travailler avec nos partenaires nigériens en vue d’un Niger plus prospère et en sécurité. Ensemble, nous pouvons continuer à dire ‘’le Niger se lève’’ », a-t-elle déclaré.

Pour l’ambassadeur des Etats Unis au Niger, SE. Eric P. Whitaker, en matière de sécurité, le gouvernement américain envisage d’annoncer une récompense pouvant aller jusqu’à 5 millions de dollars pour des informations permettant d’identifier ou localiser Adnan Abou Walid Al Saharaoui, le chef du groupe terroriste Etat islamique du Grand Sahara (ISGS) pour son rôle dans l’embuscade d’octobre 2017 près de Tongo-Tongo qui a entrainé la mort de quatre soldats américains et de quatre nigériens. «Ce vendredi marque le 2ème anniversaire de cette perte commune. Je tiens à souligner que nous avons organisé une cérémonie d’hommage avec les hauts responsables nigériens », a affirmé le diplomate américain.

Seini Seydou Zakaria

04 octobre 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique