Affaire de l’intégration frauduleuse d’enseignants à la Fonction publique : Les ministres Kristelle Jackou et Sanoussi Samro payeront-ils leur forfaiture?

Affaire de l’intégration frauduleuse d’enseignants à la Fonction publique : Les ministres Kristelle Jackou et Sanoussi Samro payeront-ils leur forfaiture?C’est sans nul doute un des cas de népotisme les plus puants auxquels les Nigériens assistent sous le pouvoir de la Renaissance. Sans qu’un concours ne soit organisé, comme cela est de tradition, quarante-huit (48) Nigériens ont été intégrés à la Fonction publique, sur la base des arrêtés signés par le ministre des enseignements secondaires, Sanoussi Elh Samro et sa collègue de la Fonction publique, Mme Kaffa Kristelle Jackou. Le comble est que sur la liste de ces 48 enseignants, on retrouve des noms de la ministre de la Fonction publique, dont son propre fils. Comme il fallait s’y attendre, dès que l’information est sortie sur la place publique, elle a soulevé un véritable tollé, notamment sur les réseaux sociaux où des Nigériens ont énergiquement dénoncé ce cas flagrant de népotisme. C’est sans doute suite à la vague de protestations observée que les supérieurs hiérarchiques des deux ministres les ont instruits d’abroger leurs arrêtés qui consacrent une véritable rupture d’égalité entre les citoyens. Ainsi donc, la fameuse liste a été déchirée et les 48 enseignants privilégiés vont devoir attendre comme des milliers d’autres Nigériens de passer par les procédures normales pour accéder à la Fonction publique. Il y a peut-être d’autres cas d’intégrations frauduleuses à la Fonction publique qui ont échappé aux Nigériens pendant les huit années que le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDSTARAYYA) est au pouvoir. Mais, le procédé par lequel les ministres Kristelle Jackou et Sanoussi Samro ont utilisé frise le ridicule. Comment dans un domaine comme l’enseignement où tout le monde connaît tout le monde et où des femmes et des hommes attendent depuis 15 ans ou même plus à être intégrés à la Fonction publique, avoir servi comme volontaires et contractuels, on peut se lever un beau matin et distribuer des numéros de matricules à ses parents, amis et connaissances, sans avoir organisé même un simulacre de concours? C’est vrai que les deux ministres, pris la main dans le sac, ont annulé leur décision. Mais l’acte qu’ils ont posé est prévu et puni par la loi. Cela veut dire qu’ils doivent rendre compte de ce qu’ils ont fait, aussi bien sur le plan politique que pénal. Toute la question est de savoir si ces deux ministres, qui jouissent des solides soutiens au sein du pouvoir, seront inquiétés. Avant eux, des hautes personnalités civiles et militaires avaient trempé dans une autre affaire d’intégration des parents, amis et connaissances à la Fonction publique. Cette affaire a aussi provoqué un véritable tollé au sein de l’opinion, sans que le pouvoir ne daigne d’engager la moindre poursuite contre les personnalités mises en cause. Qui sait même si ce n’est pas cette affaire, restée impunie, qui a donné des idées aux deux ministres à l’origine de l’intégration frauduleuse des 48 enseignants à la Fonction publique?

I.B

11 décembre 2019 
Publié le 04 décembre 
Source : Le Monde d'Aujourd'hui

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...