Rumeurs persistantes à propos des généraux Waly Karingama et Ahmed Mohamed : Des rumeurs totalement infondées

Rumeurs persistantes à propos des généraux Waly Karingama et Ahmed Mohamed : Des rumeurs totalement infondées Depuis quelque temps, des rumeurs persistantes circulent à propos de deux généraux de l’armée nigérienne. Le général Wally Karingama serait porté disparu alors qu’il devrait être arrêté tandis que le général Ahmed Mohamed serait, lui, placé en résidence surveillée. Des rumeurs qui font d’autant plus fureur qu’elles n’ont pas encore été démenties. Ni par l’institution militaire qui dispose pourtant d’un porte-parole, ni par le gouvernement. Conséquence : les rumeurs s’amplifient, chaque jour apportant son lot de grains de sel. À l’origine, des audios rapportant que le général Karingama a pris la poudre d’escampette alors que l’on est parti le cueillir à domicile. Quant au général Mohamed, il serait placé en résidence surveillée parce qu’on lui reprocherait quelque chose. Mais? Si les rumeurs qui circulent ne sont pas tout à fait précises sur les raisons de la déconvenue de ces deux officiers supérieurs de l’armée, elles font toutefois le lien avec les malversations financières liées aux fonds destinées à l’armement et à l’équipement des Forces de défense et de sécurité. Les deux officiers ont été respectivement secrétaire général du ministère de la Défense jusqu’on limogeage récent et chef d’État major général des armées jusqu’à son remplacement alors qu’il s’apprêtait à prendre la retraite.

Les deux généraux vaquent tranquillement à leurs occupations

Mais qu’y a-t-il de vrai dans ces folles rumeurs qui circulent, notamment sur les réseaux sociaux? Selon des informations en provenance de sources généralement bien renseignées et crédibles, ces rumeurs sont totalement infondées. Le général Wally Karingama est bien libre et vaque tranquillement à ses occupations. De sa résidence, il suit tout ce qui se raconte sur lui et ne manque, sans doute pas, d’en rigoler avec des proches. Et c’est probablement pour alimenter les rumeurs et s’en délecter à fond. Quant à l’ancien chef d’État major général des armées, Ahmed Mohamed, il est, selon les mêmes sources, en congé de 15 jours, à Agadez où il a préféré aller se ressourcer après avoir fait la passation de pouvoir avec son remplaçant, le général Salifou Modi. Tout comme son frère d’arme Karingama, Mohamed, aussi, s’amuse sans doute à écouter ces rumeurs abracadabrantes sur leur situation.

Le général Wally Karingama n’a pas cru nécessaire d’écouter les inspecteurs

Mais, Pourquoi et d’où sont parties ces rumeurs? De l’avis d’autres sources, non moins crédibles, tout est parti de l’inspection des finances en cours au ministère de la Défense. Interpellé pour répondre à des questions par rapport aux fonds destinés à l’armement et à l’équipement des Fds, Wally Karingama a simplement faussé compagne aux enquêteurs qu’il n’a pas pris la peine d’écouter. La rumeur de sa fuite est partie de là. Il n’en est rien. Il est libre, tranquille et ne semble se faire aucun souci. Quant aux enquêteurs, ils doivent manifestement cherche une autre alternative pour faire la lumière sur ces innombrables milliards volatilisés alors que l’état d’équipement et d’armement de l’armée est déplorable. Ainsi, par faute de maintenance, les hélicoptères acquis à grands frais sont cloués au sol, non fonctionnels. Pourtant, dans les fonds mis en cause dès le lendemain de la prise de fonction du ministre Issoufou Katambé, il y a entre autres, 1,900 milliards détectés comme ayant été soutirés des caisses du Trésor national pour un contrat de maintenance des avions auprès d’une entreprise fictive.

Le silence pesant du Président Issoufou Mahamadou

En fin de compte, la volonté existe bel et bien chez Katambé de voir clair dans les dépenses effectuées au nom d’armement et d’un équipement de l’armée qui n’a pas visiblement eu lieu, il reste que la rumeur publique sur les deux généraux de l’armée récemment limogés n’a rien de vrai. Les vérifications se poursuivent, mais faute des acteurs-clés, elles risquent d’être abandonnées au stade de simples suspicions. Une inspection se fait à charge et à décharge. Et si les acteurs, imbus de leur pouvoir et/ou de leur statut, de leurs relations ou de tout autre moyen, se soustraient à l’exercice de vérification, le blocage es total. Bien qu’interpellé à maintes reprises sur la question, le président de la République, chef suprême des armées, garde toujours le silence.

Doudou Amadou 

15 février 2020
Publié le 03 février 2020
Source : Le Canard En Furie

Imprimer E-mail

Politique.