Le retour de Hama Amadou inquiète le candidat du PNDS-TARAYYA

Le retour de Hama Amadou inquiète le candidat du PNDS-TARAYYA

Absent du pays depuis la veille de la validation des candidatures pour l’élection présidentielle du 27 décembre prochain, l’opposant Hama Amadou est rentré à Niamey le dimanche dernier.

Ce retour de Hama Amadou avant le scrutin du 27 décembre a pris de court le candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDSTARAYYA) Bazoum Mohamed. Ce dernier et ses partisans racontaient à qui voulait les croire que Hama Amadou a fui le pays pour avoir initié une requête demandant à la Cour constitutionnelle de surseoir à la validation de la candidature de Bazoum Mohamed jusqu’à ce le tribunal de Diffa se prononce sur une plainte contre la régularité de son certificat de nationalité. Conscient de la forte capacité de Hama Amadou à éclabousser le plan qu’il a mis des années à échafauder pour arriver au pouvoir même sans l’avoir réellement mérité, le candidat du PNDS-TARAYYA est sans doute très inquiet depuis le retour du redoutable opposant au pays. Selon notre confrère «L’Enquêteur», quelques heures seulement après son arrivée à Niamey, Hama Amadou a déjà participé à une première réunion des leaders de la Coalition pour une alternance politique (CAP 20-21). Même si rien n’a filtré de cette rencontre, il est certain qu’elle a porté sur les prochaines élections. En travaillant à faire écarter Hama Amadou de la course, à travers le fameux article 8 du Code électoral, Bazoum Mohamed pensait sans doute avoir définitivement écarté ce redoutable adversaire de son chemin pour le fauteuil présidentiel. Or, tout semble indiquer que c’est maintenant que Hama Amadou devient une véritable menace pour le candidat du parti rose. Sachant tout le jeu que ce dernier a joué pour l’écarter de la course, le leader de l’opposition va certainement s’investir de toutes ses forces pour faire le plus mal à Bazoum Mohamed. Et Hama Amadou a plusieurs cartes entre ses mains. Non seulement son parti garde sa place de deuxième force de l’échiquier politique, mais en plus toutes ses listes pour les élections législatives ont été validées, contrairement sans doute à ce à quoi s’attendait le parti de Bazoum Mohamed qui, jusqu’à la veille du dépôt des candidatures pour les différentes élections, refusait de reconnaître sa légalité au bureau politique du Mouvement démocratique nigérien pour une fédération africaine (MODEN-FA/LUMANA AFRICA) favorable à Hama Amadou. Non seulement le parti de Hama Amadou va imposer un second tour à Bazoum Mohamed en reportant ses voix à un des candidats de la CAP 20-21, mais il raflera aussi des sièges de députés et empêcher au PNDS-TARAYYA d’avoir un contrôle systématique sur l’Assemblée nationale. Mais le plus grand coup que Hama Amadou va certainement donner à Bazoum Mohamed c’est d’empêcher que la présidentielle de 2020 soit aussi frauduleuse que celle de 2016. Avec son expérience dans l’organisation des élections avec une machine électorale aussi puissante que le Mouvement national pour la société de développement (MNSDNASSARA), Hama Amadou connaît toutes les combines qu’on peut mettre en place pour travestir les vrais résultats des urnes. Avec les partis de la CAP 20-21 et d’autres proches du pouvoir présentant des candidats, il va certainement s’investir pour éviter des bourrages des urnes ou des vols de voix. Un adage dit bien qu’on n’apprend pas à un vieux singe à mieux sauter.

IB