Ralliement du MNSD et du MPR à la candidature de Bazoum : Seïni Oumarou et Albadé Abouba optent pour le reniement et l’ingratitude

Ainsi que le soupçon naient certains analys tes et observateurs attentifs de la scène politique nigérienne, le Mouvement national pour la société de développement (MNSD-NASSARA) de Seïni Oumarou et le Mouvement patriotique pour la République (MPR JAMAHORIYA) d’Albadé Abouba ont finalement rejoint le candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-TARAYYA) Bazoum Mohamed pour le second tour de l’élection présidentielle. Aussi curieux que cela puisse paraître, c’est à quelques heures seulement d’intervalle que les deux partis ont annoncé leur ralliement au candidat Bazoum Mohamed, le mercredi dernier. Les déclarations du MNSD-NASSARA et du MPR JAMAHORIYA ont sans doute créé la surprise même dans les rangs du parti de Bazoum Mohamed où rares sont les militants qui s’attendaient à leur soutien, pour au moins deux raisons. La première raison est qu’à la veille du premier tour de l’élection présidentielle, Seïni Oumarou et Albadé Abouba ont, solidairement avec d’autres candidats, ouvertement contesté la nationalité d’origine du candidat du PNDS-TARAYYA, lui Seini Oumarou allant jusqu’à saisir la Cour constitutionnelle. Même quand cette dernière a refusé d’invalider la candidature de Bazoum Mohamed, ni Seïni Oumarou ni Albadé Abouba n’a publié le moindre communiqué pour prendre acte des décisions de la Cour et considérer que le débat sur la nationalité de Bazoum Mohamed était définitivement clos. Rares étaient donc citoyens nigériens et même les observateurs étrangers qui pouvaient s’attendre à ce que les partis de ces deux personnalités politiques envisagent une quelconque alliance avec Bazoum Mohamed et son parti dans la perspective du second tour de l’élection présidentielle. Certains analystes soutenaient même l’idée qu’à défaut d’appeler à voter pour le second candidat qu’est Mahamane Ousmane, Seïni Oumarou et Albadé Abouba allaient s’abstenir de donner des consignes de vote en faveur de ce candidat dont ils ont contesté la nationalité, pour ne pas se renier en si peu de temps. La deuxième raison pour laquelle même des militants du PNDS-TARAYYA ne pouvaient pas s’attendre à un soutien du MNSD-NASSARA et du MPR JAMAHORIYA à leur candidat est que c’est Mahamane Ousmane qui est face à Bazoum Mohamed pour le second tour de l’élection présidentielle.Depuis les élections de 1999, c’est lui Mahamane Ousmane qui a toujours soutenu le MNSDNASSARA pour le second tour de la présidentielle, à travers son ancien parti, la Convention démocratique et sociale (CDSRAHAMA). En 1999 et 2004, Mahamane Ousmane a joué un grand rôle dans l’élection et la réélection à la présidence de la République du candidat du MNSD-NASSARA,Tandja Mamadou. Et c’est pendant les deux mandats de ce dernier que Seïni Oumarou et Albadé Abouba ont connu leur plus grande consécration en politique, en accédant à des hautes fonctions de l’Etat. Seïni Oumarou fuit plusieurs fois ministre, Premier ministre et Président de l’Assemblée nationale. Albadé Abouba fut aussi plusieurs fois ministre, dont celui de l’Intérieur qui lui donna presque des attributions de vice-président de la République grâce à ses relations personnelles avec le Président Tandja Mamadou. Rappelé à Dieu il y a seulement quelques mois, l’ancien Président n’aura sans doute jamais souhaité être témoin de cette ingratitude dont ses deux «héritiers» politiques viennent de faire montre à l’égard de Mahamane Ousmane. Les Nigériens savent à quel point Feu Tandja Mamadou était un homme droit.

Des arguments tirés par les cheveux

En parcourant les déclarations du MNSD-NASSARA et du MPR JAMAHORIYA, on retrouve presque les mêmes raisons évoquées pour justifier le revirement au profit de la candidature de Bazoum Mohamed. Entre autres, on évoque des raisons de stabilité et même de «similitude» des programmes avec celui de Bazoum Mohamed, pour le cas du MNSD-NASSARA.

Les auteurs de ces déclarations prennent sans doute les Nigériens pour des simples naïfs. Sinon, n’avaient-ils pas le souci de la stabilité et n’avaient-ils pas constaté cette «similitude» entre leur programme et celui du candidat du PNDS-TARAYYA quand ils ont décidé de présenter des candidats à l’élection présidentielle ? Du moment où ils ont participé à la gestion du pouvoir jusqu’à la veille du premier tour de l’élection présidentielle, pourquoi n’ont-ils pas décidé de ne pas présenter des candidats et soutenir directement la candidature de Bazoum Mohamed, comme l’ont fait courageusement certains partis politiques ?

Pourquoi Seïni Oumarou et Albadé Abouba ont ouvertement critiqué la gestion du PNDSTARAYYA lors de la campagne pour le premier tour, allant jusqu’à montrer aux Nigériens qu’ils vont s’engager avec d’autres partis politiques pour imposer l’alternance ? Comme on le voit, il ne s’agit ni plus ni moins que des arguments tirés par les cheveux qu’on cherche à mettre en avant pour justifier un des plus spectaculaires revirements de l’histoire politique du Niger. Il est plus décent pour le MNSD-NASSARA et le MPR JAMAHORIYA d’assumer leurs choix que de chercher vainement à convaincre les Nigériens qu’ils sont animés par un quelconque souci de stabilité du pays.

I.B