Mauvaise gouvernance : Plus de 12 milliards de francs CFA détournés au barrage de Kandadji

La réalisation du barrage de Kandadji devient de plus en plus aléatoire, voire, utopique. Ce rêve nourri par les Nigériens depuis des décennies est en train de s’envoler du fait de l’insouciance et du manque de patriotisme de certains de nos concitoyens. En 2010, c’est un rappel, la transition militaire dirigée par Salou Djibo avait fait de la réalisation du barrage de Kandadji un de ses objectifs majeurs. Il s’agit d’un objectif vital pour le Niger : sortir de la dépendance énergétique et aller vers l’autosuffisance alimentaire. Pour ce faire, les fonds nécessaires à la concrétisation de ce rêve ont été mobilisés avec le concours des partenaires au développement.Mais, c’est sans compter avec la volonté de certains commis de l’Etat toujours entreprenants dans le sabotage de la marche du pays vers le développement. Et, selon les conclusions d’une enquête administrative diligentée entre 2011 et 2013 au programme de régénération des écosystèmes et de la mise en valeur de la vallée du Niger (P.KRESPIN), c’est-à-dire, au barrage de Kandadji, ce sont 12 992 241 799 de francs CFA qui auraient été détournés. Le rapport de l’enquête a été transmis à la justice le 25 février 2014 par les services de l’inspection générale d’Etat sous le numéro 0037/ PRN/IGE du 25/02/2014.

Dans ce dossier, plusieurs noms sont cités. Des personnalités de la mouvance au pouvoir qui auraient participé à la mise à sac des fonds destinés à la réalisation du barrage. Des gens qui courent, actuellement, dans tous les sens pour essayer d’échapper à la justice. C’est dans cette situation d’impunité et de justice à double vitesse que se trouve le Niger depuis l’avènement de la renaissance. De 2011 à ce jour, le Niger est miné avec l’instauration d’un système corrompu dont la mission est de procéder au pillage systématique des deniers publics.

Aujourd’hui, encore, l’espoir suscité par le démarrage des travaux du barrage s’effrite de jour en jour du fait du comportement peu patriotique de certains Nigériens qui ont un goût prononcé pour l’argent public. Avec ce détournement massif des fonds destinés à la réalisation du barrage de Kandadji, c’est une autre affaire, comme en traîne tant le régime de la renaissance. Un véritable cauchemar pour les Nigériens. Et pourtant, Bazoum Mohamed dit promettre la continuité.

A suivre!

Ali Soumana