Remise de diplômes à l’EFJN : Cinquante (50) nouveaux magistrats reçoivent leur « sésame » pour intégrer le corps de la magistrature

Créée en 2015, l’Ecole de Formation Judiciaire du Niger (EFJN) a ouvert ses portes à la rentrée 2017-2018. Cette école, voulue par les autorités de notre pays sous l’impulsion du président de la République Issoufou Mahamadou pour booster le secteur de la Justice, continue inexorablement son chemin et est en phase d’atteindre sa vitesse de croisière. Et pour cause, après  la sortie de la  première promotion de l’Ecole de Formation Judiciaire du Niger constituée de seize (16) auditeurs de Justice qui ont d’ores et déjà rejoint le corps de la magistrature, c’est au tour de ceux de la  deuxième promotion, baptisée   promotion « Impartialité »  de se voir remettre leurs diplômes par les autorités compétentes.

C’était  au cours d’une cérémonie sobre et respectueuse des mesures barrières anti covid-19 qui s’est déroulée, le jeudi 4 mars dernier au sein de l’EFJN, sous la présidence du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Marou Amadou, du Premier Président du Conseil d’Etat et  président du conseil d’administration de l’école, du directeur de cabinet et de la Secrétaire générale du Ministère de la Justice et de deux représentants de l’ambassade de France au Niger. Il faut souligner que la France et l’Union Européenne sont les deux principaux partenaires du secteur de la Justice au Niger.

Les récipiendaires sont au nombre de cinquante (50) auditeurs de Justice  à recevoir leurs diplômes qui leur ouvrent désormais la voie pour porter la toge et intégrer le prestigieux corps de la Justice du Niger. L’arrivée de ces nouveaux magistrats constitue, en effet, une véritable aubaine pour ce secteur qui est confronté à une  insuffisance notoire  du personnel ;  un état de fait somme toute préjudiciable au bon maillage territorial du pays en juridictions.  Ces auditeurs, qui  ont suivi une formation  théorique et pratique de deux années, iront à juste titre étoffer le personnel de l’appareil judiciaire nigérien qui en a un grand besoin.

S’adressant à l’assistance et aux récipiendaires, le ministre de la Justice a indiqué qu’à travers l’aboutissement de la formation,  les besoins en personnel des juridictions seront ainsi couverts et l’offre et la qualité de service seront conséquemment améliorées. Marou Amadou a rendu hommage aux personnels enseignant et d’encadrement qui ont su bien conduire le processus et leur a adressé ses remerciements pour leurs efforts ayant permis au Niger de tendre vers l’objectif d’amélioration de l’offre et de la qualité de service de Justice. Le ministre a promis que l’Etat se « fera le devoir de poursuivre ses efforts de formation et de mise en place du cadre de travail à travers l’opérationnalisation progressive des juridictions créées afin d’assurer à moyen terme un maillage total du territoire».

Se tournant tout particulièrement vers les membres  de la promotion baptisée « Impartialité », le ministre de la Justice a justifié le choix de ce nom par le fait que l’impartialité constitue une valeur cardinale qui « incarne à elle seule, à la fois la neutralité du juge et de la juridiction  vis-à-vis des parties et qui fait référence au comportement personnel du juge qui doit se placer au-dessus de tout soupçon pour inspirer confiance ».

Rappelant que l’impartialité est une exigence déontologique et éthique, M Marou Amadou a expliqué qu’elle oblige le juge à « ne céder à aucune influence, à ne pas se mettre en situation de conflit d’intérêts, à tenir la balance de la Justice entre les parties et à départager uniquement en référence au droit, à l’équité et à la justice sans autre considération ». Pour le ministre, le nom Impartialité  que porte leur promotion doit les inspirer et les guider dans leur comportement professionnel plutôt que de les décourager sur la délicatesse de la charge qu’ils auront à assumer. Après leur avoir expliqué certains contours de l’impartialité qui doit caractériser le juge, le ministre a souligné que « son exigence renvoie à la fois à un caractère subjectif lié à la personne (du Juge) et à un caractère objectif de type organique lié à la juridiction chargée de juger ».

Avant de leur adresser les vives félicitations du Premier magistrat du pays et les siennes, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux a invité les nouveaux magistrats à cultiver l’impartialité, cette vertu riche en enseignements qui, ajouta-t-il, « sera la lumière qui éclairera les décisions que vous serez amenés à prendre ». Lors de la remise des diplômes, l’administration de l’école dirigée par M Ibrahim Jean Etienne a offert un lot de  cadeau symbolique composé des dons de plusieurs ouvrages de droit ont été faits aux cinq meilleurs auditeurs de la promotion.

Par Zabeirou Moussa

05 mars 2021
Source : http://www.lesahel.org/