Déclaration des partis membres de la coalition CAP20-21, ACC et FRC et Alliés

La coalition CAP 20-21, ACC et FRC et alliés entend user de tous les moyens de droit pour défendre la victoire d’Elhadj Mahamane Ousmane Les responsables des partis membres des coalitions CAP20-21, ACC et FRC et Alliés se sont réunis le lundi 1er mars 2021 au siège du RDR Tchandji. Au terme de cette réunion, une déclaration a été rendue publique. La déclaration est relative à la situation politique nationale au lendemain du second tour de l’élection présidentielle du 21 février 2021. Dans cette déclaration, les responsables des partis politiques ayant soutenu la candidature du président du RDR Tchandji, Mahamane Ousmane, s’insurgent contre « la mascarade électorale que les autorités nigériennes veulent vendre au monde ». La coalition condamne, également, les arrestations arbitraires des leaders et des citoyens dont le seul tort est de participer à la vie républicaine et démocratique du Niger. Aussi, ils disent être déterminés à défendre la vérité issue des urnes.

Voici la teneur de la déclaration lue par le président du RDR TABBAT, Amadou Boubacar Cissé.

«Il vous souviendra que depuis plus de trois (3) ans, l’opposition n’a eu de cesse de dénoncer les conditions non consensuelles et non inclusives de mise en place des Institutions chargées de la conduite du processus électoral. Ainsi, les différentes alertes de l’Opposition relatives au recensement électoral bâclé, au fichier électoral non biométrique, à une Commission électorale nationale indépendante (CENI) non consensuelle et partisane, à un code électoral taillé sur mesure excluant certains candidats, à une Cour Constitutionnelle aux ordres du pourvoir sont les éléments constitutifs d’une crise postélectorale voulue et imposée par le pourvoir en place. Aujourd’hui la crise est là. Une crise d’une gravité jamais égalée.

Ainsi, la coalition soutenant Mahamane Ousmane s’indigne- t-elle de l’attitude irresponsable d’Issoufou Mahamadou et de son clan qui s’évertuent à orchestrer une énième forfaiture en présentant notre démarche comme étant ethniciste et raciste.

Si l’article 47 de notre Constitution dispose que pour être candidat à l’élection présidentielle, il faut être nigérien de nationalité d’origine. Il n’y est fait aucune référence ni à la race, ni à l’ethnie.

Les nigériens et la communauté internationale ont tous été témoins de l’incapacité de Monsieur Mohamed Bazoum à présenter un état civil qui fait de lui un nigérien d’origine. Quant à la mascarade électorale que le pouvoir veut vendre au monde entier comme des élections «propres », nous savons tous qu’elles sont caractérisées par :

1. des substitutions de Procès- verbaux ;

2. des menaces et intimidations des électeurs, les agents électoraux, principalement nos délégués ;

3. des braquages et bourrage d’urnes ;

4. le vol et l’achat des consciences.

Les cas des circonscriptions de Bermo et Soli-Tagriss dans la région de Maradi, celles d’Aderbissinat, de Dabaga et de Timia dans la région d’Agadez, de quinze (15) circonscriptions dans la région de Tahoua, de Tanout dans la région de Zinder ainsi que de plusieurs communes dans la région de Diffa sont illustratifs d’une gigantesque fraude électorale.

Face à l’ampleur de cette fraude, nos représentants à la CENI nationale ont demandé à son bureau de confronter les résultats qui lui parviennent à ceux détenus par ses représentations communales et régionales, ce que le président, le vice-président et le rapporteur du bureau de la CENI ont catégoriquement refusé. C’est pourquoi nos représentants ont quitté pour ne pas cautionner ce forcing.

La Coalition CAP20-21-ACCFRC et Alliés condamne énergiquement les arrestations arbitraires des leaders et des citoyens dont le seul tort est de participer à notre vie républicaine et démocratique.

Pris de panique, le pouvoir a cru bon de mettre en marche sa machine de répression et de suspendre aussi la connexion internet privant les Nigériens d’un droit constitutionnel, à savoir le droit à la communication.

Ce faisant, Issoufou Mahamadou et son clan pensent museler le peuple et contenir sa colère y compris en donnant le dernier tour de vis contre les libertés fondamentales et la Démocratie. Comme le ridicule ne tue pas, nous avons suivi le ministre de l’Intérieur débiter des insanités contre Monsieur Hama Amadou, l’accusant d’être responsable de la crise dans laquelle Issoufou Mahamadou et son clan ont plongé le Niger. Ces abus doivent immédiatement cesser car aucun dictateur ne peut dompter un peuple conscient et jaloux de sa souveraineté.

La Coalition soutenant Mahamane Ousmane rappelle aux tenants du pouvoir sortant que Monsieur Hama Amadou n’est candidat à rien. Le pouvoir a usé de tous les moyens les plus superflues pour décréter «son bannissement » du processus électoral. Les raisons de l’acharnement du pouvoir contre les leaders de notre coalition sont d’avoir réussi à faire échec à toutes les manoeuvres sournoises, iniques pour conserver le pouvoir. Cette coalition populaire a sapé tous les fondements ethnicistes sur lesquels s’appuient Issoufou Mahamadou et son clan depuis 10 ans pour désagréger l’Unité de notre Nation. Déroutés par cet échec cuisant, ils n’ont eu d’autres choix que de tenter le holdup électoral que l’écrasante majorité des nigériens dénonce avec vigueur aujourd’hui.

Ce holdup est le holdup de trop et les nigériens ne l’accepteront pas !!!

C’est pourquoi la coalition CAP20-21-ACC-FRC et Alliés est profondément attristée de constater qu’Issoufou Mahamadou se soit mis à quémander une reconnaissance, sinon une légitimation internationale à un prétendu vainqueur, rien que sur la base de faux résultats globaux provisoires.

Cela est une preuve flagrante supplémentaire de l’inféodation de la Cour Constitutionnelle à Issoufou Mahamadou et son clan.

Assurément, la victoire octroyée par la CENI à Monsieur Mohamed Bazoum n’est pas acceptée par les Nigériens.

Considérant le choix des urnes exprimant le libre arbitre du peuple nigérien souverain, la victoire de Son Excelle Mahamane Ousmane à l’élection présidentielle second tour du 21 février ne fait aucun doute.

Cette victoire, les membres de la Coalition useront de tous les moyens de droit pour la défendre et la préserver. Nous appelons en conséquence toutes les nigériennes et tous les nigériens de se lever comme un seul homme et de se rassembler autour du président Mahamane Ousmane pour empêcher la confiscation de leur victoire.

Enfin, la Coalition CAP20- 21-ACC-FRC et Alliés :

1. Réaffirme que la crise qui secoue gravement notre pays le Niger n’est d’origine ni ethnique, ni raciale ; elle résulte de l’entêtement d’un régime à refuser la sanction populaire qui s’est exprimée massivement et clairement le 21 février 2021 ;

2. Proclame que le holdup en cours depuis le février dernier contre le suffrage des Nigériens est inacceptable et réaffirme sa détermination à défendre la vérité issue des urnes ;

3. Reconnait et soutient Son Excellence MAHAMANE Ousmane comme vainqueur de l’élection présidentielle du 21 février 2021 sur la base des résultats sortis des urnes et compilés par notre direction nationale de campagne ;

4. Exprime sa solidarité pleine et entière à toutes les personnes arbitrairement arrêtées et exige leur libération immédiate et sans condition ;

5. S’indigne que les menaces proférées par Bazoum Mohamed lors de son meeting à Tahoua contre ceux qui oseraient contester sa victoire au soir du 21 février, se soient concrétisées par des arrestations, des blessés, des dégradations de biens et même des morts et s’offusque que l’appel au meurtre proféré publiquement par le député PNDS Algabid Atta soit resté impuni. En conséquence, nous décidons de porter plainte contre ceux deux (2) justiciables ;

6. Présente ses condoléances aux familles des victimes et souhaite prompt rétablissement aux blessés ;

7. Apporte son soutien et ferme indéfectible aux organisations de la société civile dans leur combat quotidien pour la défense de la démocratie et de l’état de droit et notamment suite à leur action en justice contre l’Etat et les fournisseurs d’accès internet ;

8. Exige l’arrêt de toutes les formes d’intimidations ainsi que les arrestations, persécutions et harcèlement à l’encontre des médias, des citoyens et des acteurs politiques et sociaux ;

9. Exige la levée du siège des permanences des partis politiques membres de notre coalition sur l’ensemble du territoire national ;

10. Lance un vibrant APPEL à l’ensemble des Citoyens et des Forces Vives de la Nation au Niger et dans les pays de la Diaspora à la vigilance et à se mobiliser autour de son Excellence MAHAMANE Ousmane, le vainqueur sorti des urnes, POUR SAUVER LE NIGER.»

Vive le Niger

Vive la République

Vive la Démocratie

Fait à Niamey, le 1er Mars 2021