28ème édition de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse (lundi, 3 mai 2021) : «Mon département ministériel s’attachera, (…), à poursuivre les efforts en vue d’un renforcement des capacités des journalistes»

«Mesdames et messieurs ;

Le Niger, à l’instar du reste du monde, célèbre le 3 mai, la 28ème édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse. La date commémorative de ce grand évènement a été proclamée Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée Générale des Nations Unies, en 1993, et ceci en souvenir de la 26ème session de la Conférence générale de l’UNESCO de 1991.

Cette conférence générale, elle-même, se tenait en réponse à l’appel des journalistes africains qui, la même année, proclamaient la Déclaration de Windhoek sur le pluralisme et l’indépendance des médias et dont nous célébrons cette année le 30è anniversaire.

Cette année 2021, le Niger a été classé au 59ème rang sur 180 pays évalués par Reporters sans Frontières (RSF). Il convient surtout de relever et souligner que notre pays a gagné sept places ces deux dernières années. Mieux, il tient le rang honorable de 9ème au plan continental, selon toujours le classement 2021 établi  par RSF. Nous occupons en effet cette place, loin devant certains pays cités auparavant en exemples.

Pour 2021, RSF a mis l’accent sur l’exercice du journalisme dans le monde dans une période de pandémie du Coronavirus. Pour RSF, «le virus de la désinformation montre que l’exercice du journalisme, principal vaccin contre le virus de la désinformation, est gravement entravé dans 73 des 180 pays du classement et restreint dans 59 autres». Dieu merci, le Niger n’en fait pas partie. Du reste, comment en serait-il autrement, dans la mesure où la gestion stratégique et opérationnelle de la Covid-19 dans notre pays a prévu, très tôt, un système d’information au quotidien des médias et du public ainsi qu’une vaste campagne nationale de sensibilisation.

«Mon département ministériel s’attachera, (…), à poursuivre les efforts en vue d’un renforcement des capacités des journalistes», assure M. Zada Mahamadou, ministre de la Communication, chargé des Relations avec les institutions

Pour leur part, les Autorités de la VIIème République, au premier rang desquelles le Président de la République Son Excellence Mohamed BAZOUM et le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Son Excellence Ouhoumoudou MAHAMADOU, ne ménagent aucun effort pour renforcer les importants acquis obtenus en faveur de l’accès à l’information,  de la liberté d’expression et  de la promotion du paysage médiatique nigérien, comme le démontrent l’extraordinaire floraison de journaux, la diversité des chaînes de radio et de télévision et la remarquable liberté de ton qui les caractérise.

C’est dire que mon département ministériel s’attachera, dans le même ordre d’idées, à poursuivre les efforts en vue d’un renforcement des capacités des journalistes, par la formation, en vue d’un meilleur respect des règles d’éthique et de déontologie. De même, nous poursuivrons les efforts pour accélérer et faciliter la signature de la Convention collective des journalistes.

Les consultations entre les différentes parties prenantes ont d’ores et déjà été relancées, en vue d’une campagne nationale de sensibilisation à l’endroit des employés et employeurs du secteur de la presse, et ceci dans l’optique de la signature, avant la fin de cette année, Inshaa Allah, de cet important document appelé à régir les relations entre travailleurs et patronat.

Sur cette note d’espoir, je souhaite une bonne journée mondiale de la presse aux journalistes et médias du Niger et du reste du monde.

Vive la liberté de la presse ! Je vous remercie.».

03 mai 2021
Source : http://www.lesahel.org/