SONIDEP : Le clan Issoufou s’oppose à tout changement à la tête de la société

Ces derniers temps, les nigériens se convainquent, de plus en plus, du bicéphalisme à la tête du Niger. L’évidence se fait découvrir chaque jour avec les multiples scandales mis à nu par la presse dont les partisans de l’ancien président seraient les auteurs. Un ancien président qui semble penser avoir toujours une main mise sur la prise des décisions. En tout cas, il semble décider à le prouver en faisant opposition à certaines décisions du Président pour l’amener à exécuter ses désidératas au profit d’une certaine catégorie de nigériens considérés comme étant ses thuriféraires inconditionnels. Selon des sources crédibles, le Président Bazoum Mohamed aurait voulu mettre un terme aux fonctions de directeur général de la Sonidep exercées par le sieur Alio Touné, cadre retraité de la nigérienne d’électricité. L’homme que les réseaux sociaux avaient, il ya quelque temps, annoncé avoir provoqué un accident de circulation avec mort d’homme sur la route de Torodi au cours d’une randonnée dominicale avec une dulcinée de la capitale. Du reste, à la décision de l’évincer de la tête de la Sonidep, selon notre source, le Président Bazoum Mohamed aurait rencontré une opposition catégorique de l’ancien président et son clan. Une manière de continuer avoir une main mise totale sur le circuit du pétrole nigérien. Une richesse nationale devenue la chasse gardée de l’ancien président et son clan. Ce qui est inadmissible dans une République.

Aujourd’hui, les Nigériens sont offusqués du bicéphalisme à la tête de leur pays. Toute chose qui est une insulte à la souveraineté du peuple. Donc à Bazoum Mohamed de se déterminer pour prendre son courage et ses responsabilités, taper sur la table et mettre fin à cette situation d’un-pays-deux-présidents qui se déroule au Niger. Il se doit de le faire pour s’affranchir des lobbies et autres groupes de pression. En tout cas, il doit abandonner la peur pour s’affirmer et travailler pour tous les Nigériens.

Dans cette situation de bicéphalisme, trois possibilités s’offrent à Bazoum Mohamed. La première est d’aller devant l’assemblée nationale pour donner l’état de la nation. C’est dire de prendre à témoin le peuple nigérien par rapport aux agissements dosés par le clanisme de son prédécesseur. La seconde serait de faire un message à la nation pour annoncer sa démission pour incapacité de diriger le Niger sous la pression de son prédécesseur et dans les conditions actuelles d’insécurité et de pauvreté accrue dans lesquelles le pays est plongé par une gouvernance qui avait pour label le pillage des ressources publiques.

En fin, la troisième qui semble la plus facile et la plus salutaire pour le Niger et son peuple. C’est de mettre tous ceux qui seraient impliqués dans la mise à sac des deniers publics à la disposition de la justice. Cette dernière posture lui donnera, sans doute, plus de crédibilité et de popularité. Elle sera un salut pour la nation nigérienne qui retrouvera sa notoriété d’antan. Ainsi Bazoum Mohamed, Président de la République, aura le soutien de tous les nigériens épris de justice et non d’une catégorie de nigériens pilleurs des deniers publics.

Ali Soumana