Bras de fer entre le Gouvernorat et le Conseil de Ville de Niamey : Quand Bazoum Mohamed tranche en faveur de Dogari

Selon des sources proches de la Présidence, c’est le Président Bazoum Mohamed, en personne, qui aurait instruit le ministre de l’Intérieur d’arrêter la guéguerre autour de la nomination des secrétaires généraux de la Ville et des arrondissements communaux de Niamey. Cette injonction du Président Bazoum pour le respect du code des collectivités territoriales sonne comme un désaveu pour le Gouverneur de la région de Niamey qui semble méconnaitre les textes de la République. Aujourd’hui, les hommes promus aux postes de secrétaires généraux vaquent tranquillement à leur boulot avec l’engagement de bien servir la Ville de Niamey et les citoyens dans leur ensemble. Cela dans une conscience professionnelle qui s’écartera de toute catégorisation et de tout népotisme. Dans ce bras de fer , le Président Bazoum , à tous points de vue , a montré qu’il est réellement un homme d’Etat au dessus de la mêlée et des jeux politico-administratifs qui ont toujours empêché à l’administration nigérienne de bien fonctionner. La décision du Président Bazoum de trancher en faveur de la vivacité de la démocratie locale et du respect strict de la loi est donc à applaudir par tous les citoyens de la Capitale. A travers cette décision, Bazoum Mohamed, dans une hauteur de vue, a fait arrêter un sabotage qui ne dit pas son nom. Un sabotage dont l’objectif serait, pour certaines opinions, de provoquer une crise entre le conseil de Ville de Niamey et l’Exécutif. Une crise qui pourrait engendrer la dissolution du Conseil de Ville et la mise en place d’une délégation spéciale. C’est dire que, pour ces opinions, tous les agissements du gouverneur de Niamey et ses mentors tapis au ministère de l’Intérieur auraient pour objectif d’amener le Gouvernement à confier la gestion de la Ville de Niamey à l’Agence Niger Nyala. Une agence dont la direction est confiée à l’ancien délégué spécial Moctar Mamadou alias Kocoumbo. La décision du Président de rendre au Conseil de Ville de Niamey ses prorogatives pourrait être jugé comme un revers pour le gouverneur et ses mentors. D’ailleurs, selon des sources crédibles proches du PNDS, après l’échec d’Ibou Karadjé, candidat du parti au Conseil de Ville, Bazoum Mohamed aurait fait comprendre aux militants de la fédération de Niamey qu’il ne serait pas prêt à procéder à la dissolution du Conseil.

Pour rappel, lors de l’élection du président du Conseil de Ville, des gens avaient vainement tenté de corrompre des conseillers de ville dont un agent de la Ville était un des artisans.

Selon nos sources, pour Bazoum Mohamed, la fédération PNDS de Niamey n’avait pas rien foutu aux élections locales. Au contraire, elle a connu un cuisant échec avec la perte de l’arrondissement communal Niamey 3. Donc, il ne serait pas disposé à procéder à la dissolution du Conseil

Aujourd’hui, à Oumarou Dogari et son staff de travailler dans un esprit républicain et pour le bonheur de tous les habitants de la Capitale, Niamey, vitrine de notre cher pays. Et que le gouverneur Ambouka se doit de savoir que nul n’est censé ignorer la loi. Pour dire qu’en tant que représentant de l’Etat dans la région de Niamey, le Code des Collectivités Territoriales doit être pour lui un livre de chevet.

Ali Soumana