Douane nationale / affaire affectation illégale : Le Syndicat national des agents des douanes (SNAD) n’en démord pas

A l’issue de son 1er Conseil syndical, tenu à Tahoua du 19 au 29 aout 2020, le SNAD, a, dans sa résolution N°1, dénoncé les actes attentatoires aux textes en matière de gestion du personnel au sein de l’administration douanière. Ensuite, le SNAD a exigé, du ministre des finances, le respect strict de ses prérogatives et des attributions du Directeur général des douanes dans la gestion de la carrière des agents des douanes. Enfin, le Conseil syndical engage le bureau du SNAD à mener toutes actions visant à mettre fin à toutes formes de distorsions en matière de gestion des ressources humaines au sein de l’administration des douanes. Le mot est donc lâché, le syndicat des douaniers est plus que jamais engagé à combattre toutes les formes de discriminations et d’arbitraire constatées au sein de l’administration de la Douane. Des distorsions mises en oeuvre à la Douane, depuis quelques temps, pour perpétrer des actes de tricherie. Dans le registre des formes de distorsions, figure l’affectation illégale du chef de bureau de Maradi, faite aux antipodes des textes qui encadrent la gestion des ressources humaines au sein de l’administration de la douane. Selon des investigations menées à Maradi, après l’affectation par le ministre des finances du chef de bureau. Il ressort que, cette affection aurait été profitable à certains opérateurs économiques de faire de reversement. Selon nos investigations, à son arrivée à Maradi, l’ancien chef de bureau aurait empêché l’accès aux locaux de la douane aux intermédiaires qui ne vivent que de la fraude. L’ancien chef de bureau aurait, également, fait revenir à la douane tous les camions disséminés dans des parcs privés. Cela pour empêcher le reversement. Des décisions qui ne seraient pas du gout de certains militants du pouvoir. Mais très appréciées par les importateurs des marchandises pour qui le reversement est synonyme de la concurrence déloyale. Nos investigations nous ont permis de découvrir, également, qu’avec ces décisions courageuses, les recettes de la douane ont connu une hausse considérable. Ce qui fait dire à beaucoup d’analystes que, l’affection du chef de bureau serait incitée pour laisser court au reversement. Une tricherie qui profite à des individus au détriment des caisses de l’Etat. C’est donc dans cette logique que s’inscrit la décision du ministre des finances affectant le chef de bureau de Maradi, en violation des textes. Une décision qui, à tout point de vue, ternit pour toujours l’image du ministre Mamadou Diop. Lequel ministre était, à un certain temps, un model pour beaucoup. Mais hélas, cette affaire semble le faire tomber en disgrâce et le discrédite. D’ailleurs, l’opinion qui est répandue à la Douane nationale fait savoir que Mamadou Diop jouerait le jeu de certains militants du PNDS connus dans des sombres affaires. En tout état de cause, cette affaire est un antécédent grave qui milite en faveur de la tricherie et de l’injustice.

Norbert