Débrayage dans le secteur des télécommunications : Les travailleurs de Moov-Niger en cessation de travail

Débrayage dans le secteur des télécommunications : Les travailleurs de Moov-Niger en cessation de travail

Rien ne va plus entre les travailleurs de Niger-Télécom (Moov) et les responsables de la société. Pour exprimer leur mécontentent et leur raz-le bol par rapport à la gestion de la société, ils ont entamé une grève de 30 jours. Cela pour interpeller l'autorité de régulation à bien mener son travail et demander aux responsables de la société de meilleures conditions de travail. Pour rappel, en 2015, la société n'avait à peine que 15 milliards de francs FCA de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, elle compte plus de 40 milliards et les salaires des agents restent toujours précaires, dérisoires et stagnants. Comme sous la période coloniale. Du reste, c'est un véritable impérialisme que les responsables marocains de la société veulent instaurer. Une exploitation de l'homme par l'homme devenue une pratique qui met les travailleurs dans une situation de prolétariat ne leur permettant pas de satisfaire les besoins fondamentaux de leurs familles. Quant aux prestataires, ils attendent toujours le paiement de leurs factures. Cela se passe en 2020 au Niger et à quelques mètres du siège de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH). Vivement alors que les responsables revoient leur copie pour mettre les employés à l'abri de la précarité et de misérabilisme. Une situation qui n'honore guère Moov-Niger. Une société à laquelle beaucoup de Nigériens croyaient et qui faisait la fierté de ses clients avec ses tarifs qui défiaient toute concurrence. Mais hélas, bien que la société se trouve dans une situation financière acceptable, selon certains de ses agents, elle est en train de basculer vers un capitalisme brutal.

A.S