Installation du 1er bureau du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Niger : Vers une autorégulation du secteur de la pharmacie

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, a présidé hier matin au Palais des Congrès de Niamey, la cérémonie officielle d’installation du 1er bureau du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens (CNOP) du Niger. Lors de cette cérémonie, le CNOP en tant que structure morale s’est engagée à accompagner le gouvernement dans ses efforts pour l’amélioration de la qualité du soin et dans son combat contre les faux médicaments. Au cours de cette cérémonie pleine de symboles, les sept (7) membres du bureau issus de l’Assemblée générale élective du 21 octobre, pour un mandat de trois ans, ont été aussi présentés au Premier ministre avec comme président Dr Aliou Amadou Maiga.

A cette occasion, le Premier ministre a exprimé une pensée toute particulière à l’endroit du doyen des pharmaciens, en l’occurrence Maïdanda Seydou Djermakoye, actuel Sultan de Dosso, avant de féliciter le nouveau bureau du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens. «Un bureau auquel nous faisons entièrement confiance et j’ai constaté avec bonheur qu’il a respecté le genre», a déclaré le Chef du gouvernement. SE. Brigi Rafini a aussi exprimé les hautes appréciations du Président de la république, Chef de l’Etat, SE Issoufou Mamahadou, ainsi que celles du gouvernement au personnel de santé pour son abnégation et son engagement à toute épreuve dans la prise en charge des patients notamment ceux de la pandémie à Covid-19. «J’ai été témoin des énormes sacrifices que le personnel de santé a consenti et continue à consentir pour apporter les soins aux malades. Que tous ces professionnels sachent que le gouvernement est à leurs côtés et à leur écoute car la santé des populations est une priorité de premier ordre du Programme de Renaissance», a déclaré le Chef du Gouvernement.

Par ailleurs, le Premier ministre s’est réjoui également de cette initiative qui vise à créer les conditions du renforcement de la régulation de la profession de pharmacien au Niger. Il a expliqué que l’Ordre des Pharmaciens est une institution morale animée par des pairs pour assurer une autorégulation efficace dans un sous-secteur en pleine  évolution. Au regard du nombre des pharmaciens dans le secteur public et privé et au vu du fort engouement de la profession, il était alors apparu nécessaire, estime le Premier ministre, de disposer d’un Ordre à l’instar de tant d’autres professions. «L’Ordre se doit de mettre de l’ordre aux côtés des pouvoirs publics non seulement pour faire respecter l’éthique et la déontologie du métier, mais aussi le serment de Galien, une exigence de tous les instants», a-t-il rappelé.

Le Premier ministre a ensuite évoqué la particularité de cette profession. «N’est pas pharmacien qui le veut. C’est une profession qui a une part très active dans la promotion de la santé humaine», a-t-il aussi rappelé. Pour le Chef du Gouvernement, l’avènement de l’Ordre des pharmaciens permettra sans nul doute de protéger davantage la profession mais aussi la population, de protéger l’honneur et la crédibilité du pharmacien, de l’aider à mieux assumer la mission du service public qui lui est dévolue, de renforcer la proximité de tous ceux qui font appel  à sa science. Brigi Rafini a réitéré de l’engagement des autorités à protéger la profession des pharmaciens, à rendre les médicaments accessibles et disponibles, à lutter contre les faux médicaments, à lutter contre les fausses ou mauvaises pharmacies. «C’est un combat partagé que l’Ordre des Pharmaciens doit mener en synergie avec les pouvoirs publics, un combat qui doit être mené par tous au nom de la  sauvegarde de la santé de nos populations car le marché des médicaments est un marché spécifique, stratégique qui doit être animé par des professionnels reconnus», a-t-il insisté.

Auparavant, le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara s’est penché particulièrement sur le processus ayant conduit à la création de l’Ordre des pharmaciens, le travail du comité du pilotage, l’élaboration et l’adoption des textes le régissant tout en espérant que cet arsenal juridique permettra à l’ordre de pharmaciens de jouer pleinement ses missions.

De son côté, la représentante du doyen d’âge des pharmaciens a exprimé la détermination de l’ordre des pharmaciens à accompagner le Ministère de la Santé Publique dans la promotion de la santé, des soins de qualité et de mener ensemble une lutte sans merci contre les médicaments à qualité inférieure qui sont responsables de plusieurs conséquences sanitaires et socioculturelles.

Par Mamane Abdoulaye(onep)

23 octobre 2020

Source : http://www.lesahel.org/