Dosso/Cérémonie officielle de réception de deux salles modernes d’hospitalisation au CSI de Harikanassou : Un geste noble de Mme Salamatou Gourouza Magagi en faveur du bien-être des femmes et des enfants

Deux salles d’hospitalisation modernes d’une capacité de 10 lits chacune offertes par Mme Salamatou Gourouza Magagi au profit du Centre de santé intégrée (CSI) de la Commune rurale de Harikanassou. Le geste est tellement beau et bénéfique pour la population bénéficiaire, surtout les femmes et les enfants, qu’il mérite d’être rappelé et souligné à l’occasion de cette célébration de la Journée internationale dela femme.

L’atmosphère était à la joie et à la satisfaction générale de la population, le 24 février 2021, à Harikanassou qui accueillait la cérémonie officielle d’inauguration de deux salles modernes d’hospitalisation mises à la disposition du CSI de la commune rurale par une digne fille de la localité, en la personne de Salamatou Gourouza Magagi.

Ce jour-là, c’est sous les regards attentifs des bénéficiaires venus des 22 villages environnants pour témoigner de leur reconnaissance, ainsi que des autorités administratives et coutumières du département de Boboye que Salamatou Gourouza Magagi procédait à la coupure symbolique du ruban inaugural, ouvrant ainsi les portes de ces deux salles d’hospitalisation entièrement équipées pour accueillir les patients admis au sein du CSI. Par ce geste noble, Salamatou Gourouza vient ainsi apporter une importante contribution à l’amélioration du bien-être de la population du canton de Harikanassou-Kiota.

Les mots n’ont pas manqué aux autorités locales pour exprimer leur satisfaction doublée de reconnaissance à l’endroit de la donatrice. C’est ainsi que le Secrétaire Général de la Préfecture de Birni N’Gaouré et le maire de la commune rurale de Harikanassou ont tour à tour souligné et salué la sens de la solidarité et de générosité dont Salamatou Gourouza a toujours fait montre à chaque fois que de besoin.

Pour sa part, le Chef de canton de Harikanassou-Kiota, l’honorable Amadou Seyni Maiga, a vivement béni cette action salvatrice de Salamatou Gourouza Magagi, tout en soulignant que cette dernière n’en est pas à son premier geste. C’est ainsi qu’il a rappelé les multiples actions faites par l’intéressée au profit de la population de son entité, à savoir des dons portant sur des fournitures et des matériels scolaires aux établissements scolaires, une ambulance au CSI de Kouringuel, ainsi que les dépannages des ambulances des CSI de Kouringuel et de Harikanassou. Aussi, a-t-il appelé les bénéficiaires à faire un bon usage de ces salles d’hospitalisation en mettant surtout l’accent sur le maintien de leur propreté.

Prenant la parole à son tour, la généreuse donatrice a d’abord indiqué que depuis la nuit des temps l’humanité a toujours été confrontée au défi de la quête d’une meilleure santé des populations. «Ce défi est plus grand s’agissant de nos pays en voie de développement, et plus accentué lorsque le sort des populations rurales est en jeu», a souligné Salamatou Gourouza Magagi. «Nous sommes de ceux qui croient que les initiatives privées nationales doivent non seulement accompagner les efforts de l’Etat et encourager nos partenaires, mais démontrer également que la solidarité de ceux qui ont eu un peu plus de chance n’est pas un vain mot ; c’est dans ce cadre que nous avons voulu inscrire modestement notre contribution dans cette chaîne de solidarité en faveur des plus démunis en construisant ces salles d’hospitalisation équipées chacune de 10 lits, dans le CSI de la commune rurale de Harikanassou», a-t-elle expliqué.

Quant au représentant du COGES du CSI, il a adressé, au nom de l’ensemble des habitants de plus de 22 villages environnants bénéficiaires de cette action, sa sincère reconnaissance à Salamatou Gourouza, soulignant que ces deux salles d’hospitalisation vont permettre d’améliorer la prise en charge des patients admis dans le CSI. Idem pour la représentante des femmes qui a exprimé un large ouf de soulagement marquant la fin des souffrances endurées par les femmes et les enfants qui affluent dans le CSI, notamment pour les accouchements et pendant la période de montée en pic du paludisme.

A. Soumana

09 mars 2021
Source : http://www.lesahel.org/