Lancement officiel  de la campagne de chimio prévention du paludisme saisonnier couplée au dépistage de la malnutrition : Renforcer le plaidoyer et mobiliser les communautés autour des stratégies de lutte contre le paludisme

Le secrétaire général du ministère de la Santé publique, de la Population et des Affaires sociales Dr. Ranaou Abaché, a procédé le jeudi 5 août dernier, au CSI Saga-gourma, au lancement officiel de la campagne de chimio prévention du paludisme saisonnier (CPS) couplée au dépistage de la malnutrition. Cette campagne nationale va permettre d’éviter, lorsqu’elle est correctement mise en œuvre, 75% des cas de paludisme chez les enfants de moins de 5 ans. Elle vise également à combler la faible couverture de prise en charge des malnutris dans les centres de récupération nutritionnelle pendant la période du pic palustre qui coïncide avec le pic de la soudure et de la malnutrition. Aussi, cette journée est mise à profit pour renforcer le plaidoyer et mobiliser les communautés autour des stratégies de lutte contre le paludisme.

Au cours dudit lancement, le secrétaire général du ministère de la Santé publique a souligné que cette campagne est mise en œuvre pour atténuer les lourdes charges de morbidité et de mortalité dues au paludisme et à la malnutrition en période de haute transmission. De ce fait, il s’agit d’une stratégie intermittente qui consiste à l’administration d’un traitement complet avec un médicament antipaludique quatre mois durant (de Juillet à Octobre) pendant la saison de haute transmission du paludisme pour éviter la survenue de cette maladie. La prise de ces médicaments, a expliqué Dr. Ranaou Abaché, vise à maintenir les concentrations du produit dans le sang pendant la période où le risque de contracter le paludisme est plus élevé. «La CPS est recommandée dans les zones de forte transmission saisonnière par l’organisation mondiale de la santé», a-t-il indiqué.

Dr. Ranaou Abaché a souligné que le couplage de la CPS au dépistage de la malnutrition aigüe a débuté depuis 2016 afin de permettre une identification et une prise en charge précoce des cas de malnutrition aigue sévère avec une diminution des cas de complications de la malnutrition. Il a ainsi invité toute la population à réserver un accueil chalereux aux agents de santé qui passeront de porte à porte afin d’administrer le produit de la CPS et de mesurer le périmètre brachial des enfants. Le SG du ministère de la Santé publique a enfin exhorté les parents à présenter les enfants aux quatre passages de la CPS et de leur donner la deuxième dose de médicaments à domicile selon les instructions des agents distributeurs. Ceci, a-t-il souligné, rendra le traitement de la CPS complet et efficace.

Présente à la cérémonie, la représentante de l’OMS au Niger Dr. Anya Blanche a révélé que l’OMS, dans son dernier rapport mondial sur le paludisme, estime à 229 millions le nombre annuel de cas et 409.000 décès au niveau mondial parmi lesquels 94% des cas et décès sont enregistrés en Afrique. Elle précise que le même rapport fait ressortir que six pays africains comptabilisent à eux seuls plus de la moitié des cas et décès du paludisme parmi lesquels le Niger avec 3% des cas et 4% des décès. De plus, les enfants de moins de 5 ans constituent la cible la plus vulnérable avec 67% des décès associés au paludisme dans le monde. «Malgré cette situation, des progrès ont été enregistrés ces dernières années dans la lutte contre le paludisme», a reconnu Mme Anya Blanche.

Pour la représentante de l’Organisation Mondiale de la Santé au Niger, le Niger a accumulé suffisamment d’expérience dans la mise en œuvre de cette stratégie intégrée de campagne de chimio prévention du paludisme saisonnier. «Nous sommes confiants qu’en tirant les leçons de ce qui a bien fonctionné lors des précédentes éditions et en corrigeant les insuffisances notées, les résultats de cette édition seront largement atteints», a-t-elle conclu.

Le représentant le gouverneur de la région de Niamey, M. Abdou Wada a expliqué que la campagne consiste à l’administration mensuelle d’une dose unique de sulfadoxine pyriméthamine et de 3 doses d’amodiaquine pour prévenir le paludisme saisonnier  chez les enfants de 3 à 59 mois. Il a indiqué que pour la campagne de l’année 2020, sur 265.512 enfants de 3 à 59 mois au 1er passage, 248.305 ont reçu les 4 passages au niveau de la région de Niamey soit un taux de 94% et 253.188 enfants ont été dépistés à la malnutrition sur une cible de 222.267 soit 114%. Pour le représentant du gouverneur, le maintien et l’amélioration de tels résultats nécessitent la participation de toutes les parties prenantes. Il a saisi l’opportunité pour réaffirmer l’appui du gouverneur de la région de Niamey et des autorités administratives à faire de cette campagne une réussite.

Notons qu’après ledit lancement, les autorités parmi lesquelles figure la coordinatrice du Programme National de Lutte contre le paludisme, Dr. Djermakoye Hadiza Jackou ont administré à plusieurs enfants les premières doses du CPS. Cela a été également l’occasion de remettre un kit alimentaire composé de pates alimentaires et de lait en poudre aux femmes qui sont assidues au CSI Saga-gourma.

Rahila Tagou(onep)

09 août  2021
Source : http://www.lesahel.org/