L’unité de transformation «Mangari Kiji» de Diffa : Pour la valorisation des produits agro-sylvo-pastoraux et halieutiques

L’unité de transformation des produits agro-sylvo-pastoraux et halieutiques dénommée «Mangari Kiji» de Diffa est une entreprise féminine. La promotrice de cette unité Mme Goni Fachima s’est lancé dans l’entreprenariat après avoir reçu, sur invitation, une formation en 2017 avec l’ambassade des Etats Unis au Niger. Cette formation a été le déclic pour Mme Goni qui nourrissait l’ambition d’ouvrir une unité de transformation des produits agricoles. C’est ainsi qu’elle débute l’entreprenariat avec l’huile de balanites en collaboration avec les femmes de certains villages de la région de Diffa.

Au fur et à mesure qu’elle avance dans cette activité, Mme Goni découvre qu’il vaut mieux essayer les produits issus de l’agriculture qu’on peut trouver sur place, au lieu de se déplacer jusqu’au village, avec toute la pénibilité que cela comporte. L’unité de transformation ‘’Mangari Kiji‘’ prend forme et se focalise sur la transformation du poivron, un produit local phare de la région de Diffa qui est issu de l’agriculture. Le poivron est vendu sur le marché de la capitale du Manga. Historiquement, la transformation du poivron est toujours faite par les femmes de Diffa de manière traditionnelle.

Mais l’unité de transformation ‘’Mangari Kiji’’ entend, elle, s’engager dans cette filière en y apportant une touche moderne dans la perspective de placer le poivron transformé dans les supermarchés. «Le poivron est un produit très riche en fer et en vitamine. En Afrique, le poivron est utilisé uniquement pour faire de la sauce, tandis que sous d’autres cieux, il fait partie des constituants des produits de beauté», a expliqué Mme Goni avant de relever  qu’elle est en train de se battre pour l’obtention d’une certification des ses produits auprès des services compétents. Il s’agit des produits transformés tels que «kaloukoi»; «Miavita» et poisson fumé, pour lesquels l’entreprise «Mangari Kiji» se prépare pour ficeler un dossier dans la perspective de la certification.

Selon Mme Goni, le véritable problème auquel les unités de transformation des produits agricoles sont confrontées sur les marchés, c’est la maitrise de l’emballage. Un produit bien emballé attire plus les clients. Si ces derniers sont attirés, il y a de forte chance qu’ils achètent le produit pour le tester. «Nous faisons un effort pour réussir l’emballage de nos produits pour être non seulement attractifs, mais surtout compétitifs sur les différents marchés d’écoulement tels que les foires et les expositions», a souligné Mme Goni. C’est dire que la rigueur dans la chaine de transformation doit être le fil conducteur de l’activité commerciale.

L’unité de transformation «Mangari Kiji» avait raflé le premier prix du concours des produits issus de la transformation lors de la fête tournante du 18 décembre «Tillaberi Tchandalo». Le produit transformé qui a été primé est le «haricot magique». C’est un haricot pré-cuité et séché. Il est disponible avec une date de péremption qui va au-delà d’un an lorsqu’il est bien conservé. Pour l’instant, l’unité de transformation cherche à conquérir le marché de la ville de Diffa avant d’étendre progressivement son espace de vente. Les femmes de la ville de Diffa et environnants sont les principales clientes.

Hassane Daouda, Envoyé Spécial(onep)

25 août 2021
Source : http://www.lesahel.org/