Campagne de Chimio prévention du paludisme saisonnier et dépistage de la malnutrition chez les enfants de 3 à 59 mois : Plus de 95% de cibles atteintes au premier passage

Le Programme National de Lutte Contre le Paludisme (PNLP) a organisé, hier matin à Niamey et en collaboration avec ses partenaires, une réunion de partage des résultats du 1er et 2ème passage de la campagne de Chimio prévention du Paludisme Saisonnier (CPS) couplée au dépistage de la malnutrition chez les enfants de 3 à 59 mois. Il s’agit pour les participants à cette  réunion d’enrichir ledit document à travers des suggestions et recommandations. C’est la Coordinatrice du Programme National de Lutte Contre le Paludisme, Dr. Djermakoye Hadiza Jackou qui a dirigé ces travaux.

Au cours de ces échanges, la Coordinatrice du Programme National de Lutte Contre le Paludisme a expliqué qu’à travers cette campagne de Chimio prévention du Paludisme Saisonnier (CPS) couplée au dépistage de la malnutrition chez les enfants de 3 à 59 mois, le PNLP a pu couvrir 63 districts. Ce qui représente plus de 4.400.000 enfants. «Nous avons pu atteindre un taux de couverture de plus de 95% sur l’étendue du territoire et nous avons eu une bonne disponibilité en médicaments. En plus, tous les districts étaient couverts à temps depuis le mois de Juin grâce à une bonne disponibilité en médicaments», a ajouté Dr. Djermakoye Hadiza Jackou.

Par ailleurs, la Coordinatrice du Programme National de Lutte Contre le Paludisme a salué la bonne disponibilité de la population et des élus locaux. «Certains (maires) nous ont même demandé d’élargir cette couverture du CPS au-delà de la tranche d’âge de cinq ans compte tenu des résultats concluants observés en termes de réduction importante des cas de paludisme chez les enfants», a-t-elle indiqué.

Dr. Djermakoye Hadiza Jackou a précisé qu’au cours de cette campagne CPS, il ya eu aussi le dépistage des enfants qui souffrent de la malnutrition sévère qui ont pu être référés dans les centres adéquats, c’est-à-dire les centres de récupération nutritionnelle à temps. «Nous avons au cours de ces deux premiers passages de cette campagne 2021 débuté le programme pilote dans la digitalisation au niveau de trois districts dans les régions de Maradi et de Zinder notamment à Aguié, Matamèye et Tessaoua. C’est une expérience nouvelle qui nous permet d’informatiser et de digitaliser la remontée des informations pour avoir des informations en temps réel  et beaucoup plus fiables», a-t-elle indiqué.

En termes de difficultés, la Coordinatrice du Programme National de Lutte Contre le Paludisme a noté l’inaccessibilité de certaines zones où sévit l’insécurité par les équipes. A cela s’ajoute le coût de la logistique liée à cette situation d’insécurité surtout avec l’interdiction de circuler avec les motos. Cela oblige les équipes à faire le porte à porte à pied. Ce qui retarde la performance d’équipes. Elle a aussi évoqué certaines difficultés liées aux aléas climatiques, relevant que parfois les fortes pluies ont fait retarder la mise en œuvre des activités. Elle a cité également le retard d’acquisition de fonds destinés à couvrir certaines régions.

Rappelant les actions du Programme National de Lutte Contre le Paludisme de manière générale, Dr. Djermakoye Hadiza Jackou a entre autre cité la mise à disposition des moustiquaires depuis le mois de juin notamment pour les femmes enceintes à travers les formations sanitaires, les actions de sensibilisation, la mise à disposition des médicaments dans des formations sanitaires aussi bien pour la prise en charge des cas simples que sévères. Relativement à la résistance des moustiques, la Coordinatrice du Programme National de Lutte Contre le Paludisme a expliqué que cela s’observe surtout au niveau du traitement des lieux avec les insecticides. Cette résistance est aussi liée aux insecticides qui sont utilisés pour imprégner les moustiquaires. La coordinatrice du PNLP a aussi fait remarquer que la résistance n’est pas souvent observable au niveau du traitement avec les médicaments. «Pour pallier cette situation, des insecticides de nouvelle génération seront utilisés à partir de 2022», a-t-elle annoncé.

Mamane Abdoulaye(onep)

26 août 2021
Source : http://www.lesahel.org/