Des produits locaux fortifiés dans une alimentation équilibrée et variée pour notre santé et celle de nos familles : « Consommons ce que nous produisons »

 

Au Niger, la prévalence de la malnutrition aigüe chez les enfants de 6 à 59 mois [1] se situe au-dessus du seuil d’alerte de 10% définit par l’Organisation Mondiale de la Santé (12.7% en 2020 – enquête SMART[2]) qui est le seuil alerte.

La malnutrition chronique, caractérisée par un retard de croissance (petite taille par rapport à l’âge), touche quant à elle 45.1% des enfants de 6 à 59 mois, et est largement au-dessus du seuil d’alerte de l’OMS (30%) (enquête SMART 2020). Ces différentes formes de malnutrition peuvent entrainer des séquelles irréversibles à l’âge adulte, augmentent les risques de développer des maladies en affaiblissant le corps, Par ailleurs selon (EDSN-MICS IV) 2012, près d’une femme sur deux est anémique (46%) avec une prévalence élevée chez les femmes enceintes (59 %). La proportion de femmes présentant une déficience énergétique chronique est de 16%, celles accusant une surcharge pondérale est de 14%. Cet état de fait pourrait conduire à des maladies pour tous les membres y compris les malnutritions.

Au Niger, les habitudes alimentaires sont généralement basées d’ordinaire sur un plat glucidique, qu’accompagnent des soupes, des assaisonnements et des sauces. Cependant, une importante frange de la population maitrise faiblement les pratiques recommandées en nutrition.

Selon Mourtala Ibrahim, Nutritionniste, Formateur au Complexe Scolaire Privé (CSP) NISSAYA à Niamey, les consommateurs doivent être en mesure de savoir « choisir leurs aliments et surtout comment les manger, pour leur permettre d’être en bonne santé. Une alimentation variée et équilibrée est nécessaire », donc « un cocktail d’aliments différents et de différents groupes nous permettra d’éviter des carences en micronutriments, c’est-à-dire en vitamines ou en certains minéraux comme le fer ou le calcium ».

« Nous disposons au Niger de plusieurs aliments très nutritifs, nous avons des fruits et légumes frais disponibles et à bas prix. Des feuilles de moringa et des féculents qui sont riches en vitamines et en minéraux. Nous ne sommes pas obligés de consommer de la viande rouge. Nous pouvions la substituer par la viande blanche ou par des légumineuses qui sont aussi riches en protéines et en fer. Les aliments frais qui sont autour de nous, nous suffissent pour nous nourrir sainement » a expliqué Abdoul Razack Bello, Nutritionniste, formateur à l'Ecole de Santé Publique et de l'Action Sociale (ESPAS). Puis, il dira plus loin que « lorsqu’on cherche un équilibre alimentaire, il faut éviter de consommer trop de graisses animales et trop de sucres. Car celles-ci pourraient entres autres devenir source de maladies cardiovasculaires ou de diabète ».

La variété et l’équilibre des repas que nous consommons, associant à la fois des aliments de protection comme les légumes et les fruits ; des aliments énergétiques comme les céréales et les huiles ; et des aliments de construction comme les légumineuses et produits d’origine animale (viande, poisson, œuf, produits laitiers), en quantité adaptées à notre corps, possède un double effet. Elle permet à la fois d’éviter les problèmes de sous-nutrition comme la malnutrition aigüe et chronique, les carences en micronutriments et également de réduire les risques de développer des maladies comme les maladies du cœur, certains cancers, ou le diabète. En effet, s’alimenter correctement permet de minimiser leurs facteurs de risques que sont le surpoids, l’obésité ou encore l’hypertension artérielle. Aussi, la consommation des aliments ayant subi un apport spécifique de micronutriments à des niveaux plus élevés constitue un moyen complémentaire de lutter contre les carences nutritionnelles. Il s’agit des aliments fortifiés.

Qu’est-que qu’un produit fortifié ?

La fortification d’aliments est une stratégie largement reconnue et soutenue, tant au niveau mondial qu’au niveau national. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), la fortification des aliments est considérée comme un programme complémentaire précieux aux programmes d'amélioration de la nutrition. Elle permet de contribuer à éviter certaines carences en fournissant au corps un certain nombre de vitamines et minéraux.

 « Les produits fortifiés sont des produits alimentaires. En général, nous identifions des produits de consommation courante, puis nous essayons de mettre sur ces produits alimentaires des fortifiants donc des vitamines et des sels minéraux pour permettre soit de prévenir un problème alimentaire au ou bien pour corriger un problème alimentaire constaté sein de la population, c’est l’exemple du sel fortifié à l’iode » a expliqué Hainikoye Moussa, Représentant du Gret au Niger.

Pour Alio Houdou, Coordonnateur du projet de FOPAT au Programme Alimentaire Mondial (PAM)  : « la fortification des produits locaux largement consommés par l’ensemble des ménages au Niger comme l’huile d’arachide (fortifiée à la vitamine A) et la farine de mil (fortifiée en fer et en acide folique) améliore la qualité nutritionnelle de ces produits ».

Les produits locaux fortifiés au Niger rentrent dans les habitudes alimentaires locales. Ils sont faciles à utiliser dans les repas quotidiens, s’intègrent à une alimentation variée et équilibrée, et sont accessibles à toutes les bourses.

Grâce à l’appui de plusieurs institutions, les transformatrices nigériennes fortifient également certains de leurs produits. Cette action contribue à améliorer l’autosuffisance alimentaire de leur localité.

« La fortification des produits locaux rentre de le cadre de la valorisation de la production locale et permet de booster les activités des producteurs locaux » souligne Dr Boubacar Mahamadou, chargé de Nutrition au Haut-Commissariat à l’Initiative ‘’Les Nigériens Nourrissent les Nigériens ‘’ (3N).

L’adoption d’une alimentation diversifiée et équilibrée contenant des produits locaux fortifiés permettrait aux personnes âgées de rester actives, aux enfants et aux adolescentes de bien grandir et devenir des adultes productifs, aux futures mères d’avoir des bébés en bonne santé, et à tous les membres des familles d’augmenter leurs chances d’être en bonne santé, tout en ayant le plaisir de partager les repas ensemble.

Cet article est produit dans le cadre de la précampagne nationale de communication sur les avantages d’une consommation équilibrée et diversifiée pour les ménages réalisée par le projet de Fortification des Produits Alimentaires Transformés de consommation courante au Niger (FOPAT) financé par l’Union Européenne et la Principauté de Monaco.

[1] Malnutrition aiguë : maigreur excessive par rapport à la taille, émaciation

[2] https://www.stat-niger.org/wp-content/uploads/nutrition/RAPPORT_SMART_Niger_2020_VF.pdf

I.C