Le CICR offre une formation universitaire en chirurgie de guerre à la Faculté des Sciences de la Santé de Niamey : 58 chirurgiens nigériens renforcent leurs capacités

Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a organisé du 19 au 28 octobre 2021 une formation diplomante à l’école doctorale de la Faculté des Sciences de la Santé, de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, sur la Chirurgie de Guerre. Cette formation a permis de renforcer les capacités de cinquante-huit (58) médecins chirurgiens inscrits issus de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS), des services de santé des armées pour le compte du ministère de la Défense Nationale et ceux de la police nationale pour le compte du Ministère de l’Intérieur.

Ce jeudi, matin, lors de la clôture de cette formation, le Doyen de la Faculté des Sciences de la Santé, Pr Rachid Sani a dans son allocution de clôture exprimé toute la gratitude de son institution au CICR pour avoir choisi la FSS pour cette formation.

Il a rappelé que cette formation se tient dans le cadre d’une collaboration entre le CICR et la FSS qui a commencé en 2015. Il a souligné que depuis, ce sont plusieurs médecins qui ont été formés. « Je félicite les initiateurs de cette collaboration, Pr Habibou Abarchi, l’ancien Recteur de l’Université Abdou Moumouni et Pr Mamadou Seydou, ancien Doyen de la FSS. Je demande au CICR de continuer cette formation car de plus en plus, elle crée de l’intérêt chez les médecins nigériens ; en témoigne leur nombre important à l’inscription. Je salue cet intérêt qu’accordent les chirurgiens à ce module. Cette formation permet à notre pays de disposer des chirurgiens qualifiés et capables de prendre en charge les blessés de guerre », s’est-il réjouit.

Pendant les huit (8) jours, les bénéficiaires ont pu approfondir leurs connaissances et partager leurs expériences dans tous les domaines de la chirurgie de guerre, y compris en matière de premiers secours ou de prise en charge d'afflux massifs de blessés. Le Niger fait partie des onze (11) pays à travers le monde dans lesquels cet enseignement global et intégré de chirurgie de guerre est dispensé par le CICR.

C’est pourquoi, dans le discours qu’il a prononcé à cette occasion, le représentant du CICR, M. Peter Van Akan a souligné toute l’importance et les opportunités qu’offre ce module. Il a souligné que c’est une formation qui s’inscrit dans le cadre de son partenariat avec le Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur (CAMES). « Ce module universitaire est donc une occasion de compléter votre formation en chirurgie de guerre. « Au Niger, le CICR soutient plusieurs structures de santé du pays, à savoir 12 CSI, 2 centres de réadaptation physique de Zinder et Niamey et 6 hôpitaux dont les hôpitaux régionaux de Diffa, de Tahoua et de Tillabéri », a souligné M. Peter Van Akan.

Cette formation a été assurée par Dr Fabrice JAMET, chirurgien du CICR venu pour cet enseignement. «Les blessures de guerre nécessitent une prise en charge adaptée selon des principes chirurgicaux appropriés qui sont rarement enseignés durant la formation initiale des chirurgiens dans le cadre des diplômes de spécialisation en chirurgie », a-t-il dit. Cette formation a permis d'exposer des méthodes fiables et efficaces de prise en charge des blessés de guerres, particulièrement dans des situations de ressources limitées.

Ce module universitaire est donc une occasion de compléter la formation des chirurgiens en chirurgie de guerre et de leur apporter une expérience supplémentaire. En cas de nécessité, ces chirurgiens formés pourront ainsi être immédiatement plus efficaces et s'adapteront mieux à des conditions de travail difficiles dans un contexte général souvent précaire. Il faut noter que le CICR est une organisation humanitaire, neutre, impartiale et indépendante qui a la mission exclusivement humanitaire de protéger la vie et la dignité des victimes de conflits armés et d'autres situations de violence, et de leur porter assistance.

La fin de cette formation a été sanctionnée par la remise des diplômes. L’occasion a été également saisie par certains récipiendaires pour exprimer leurs gratitudes à l’endroit du CICR et de la FSS pour toutes les facilités et les conditions qui ont permis le bon déroulement de leur formation.

Par Ali Maman

29 octobre 2021
Source : http://www.lesahel.org/