Atelier de formation des formateurs sur les modules des métiers porteurs et innovants : Pour la réussite du transfert des compétences

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Emploi des Jeunes et Inclusion Productive (PEJIP), le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et l’Apprentissage (FAFPA) a organisé, hier à Niamey, un atelier de formation des formateurs sur les modules des métiers porteurs et innovants au profit des jeunes bénéficiaires de la composante II du Projet. C’est le secrétaire général du FAFPA, M. Issaka Dan Narba, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cette rencontre.

Le secrétaire général du FAFPA, M. Issaka Dan Narba, a rappelé que le PEJIP qui a commencé ces activités en octobre 2018 est un projet financé par la Banque Mondiale et comporte trois composantes dont celle numéro 2 consacrée à l’insertion des jeunes dans des activités sélectionnées en milieu urbain et semi-urbain qui est confiée au FAFPA. Il a souligné que ce Projet intervient dans toutes les huit régions du pays et est mis en œuvre dans 30 Communes choisies selon le critère de la pauvreté pour trois quarts et celui de l’insécurité pour un quart. Il a pour cible un effectif de 8000 jeunes âgés de 15 à 25 ans dont 50% de femmes vivant dans certaines zones rurales et péri urbaines. Aussi, a expliqué M. Issaka Dan Narba, dans le cadre de la formation technique de courte durée prévue pour les bénéficiaires de la composante 2 du PEJIP, mise en œuvre par le FAFPA, il a été mis à jour 20 modules déjà existants et 5 autres nouveaux élaborés sur la base des 16 métiers porteurs et innovants identifiés par le Projet.

Ainsi, il a fait savoir qu’à l’issue du travail d’élaboration de ces modules, il est apparu nécessaire de former les formateurs sur les modules pour non seulement une compréhension commune des intervenants mais aussi et surtout pour la maitrise du contenu des modules pour une formation du type FIP. Cette action de renforcement des capacités permettra, a dit le secrétaire général du FAFPA, une mise à niveau des différents intervenants venus de divers horizons pour que le transfert de compétences soit une réussite. C’est dans ce cadre qu’il est envisagé la tenue d’une série de sessions de formation qui touchera 88 formateurs, personnel des opérateurs de formation (soit 4 formateurs par métier et par zone concernée) ainsi que les partenaires impliqués dans la mise en œuvre de la composante 2 du PEJIP. M Issaka Dan Narba a par ailleurs souligné l’objectif assigné à cette formation qui, a-t-il dit, est le renforcement des capacités des opérateurs de formation dans onze (11) métiers porteurs et innovants pour un meilleur transfert de compétences au profit des jeunes bénéficiaires de la composante 2 du PEJIP dans les 6 communes d’intervention de la première année du Projet.

Selon le secrétaire général du FAFPA, la question des emplois liés aux chaines de valeurs agricoles, ayant un impact sur l’économie locale constitue, est une préoccupation majeure des plus hautes autorités de ce pays. C’est pour cela, a-t-il dit, que le gouvernement a mis en place un important dispositif pour améliorer l’accès des jeunes peu qualifiés des zones rurales du Niger à des opportunités d’activités génératrices de revenus avec un accent particulier sur l’autonomisation de la femme rurale et un programme d’entreprenariat des jeunes et des femmes. Ainsi, la mise en œuvre du projet Emploi des Jeunes et Inclusion Productive vient renforcer ce dispositif mis en place par le FAFPA. « Il s’agit de ce fait de s’attaquer aux multiples contraintes liées à l’emploi productif des jeunes comme l’accès limité aux compétences, au capital, à la technologie et aux marchés », a précisé le secrétaire général du Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et l’Apprentissage (FAFPA), M. Issaka Dan Narba.

Aïchatou Hamma Wakasso

04 novembre 2021
Source : http://www.lesahel.org/