Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

jeudi, 13 avril 2006 23:01

Le charbon pour lutter contre la désertification au Niger

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)
(Publié le 02-04-2006) Le gouvernement nigérien projette d'exploiter prochainement dans le sud du pays des réserves de charbon minéral pour non seulement réduire sa dépendance en énergie électrique, mais aussi lutter contre la désertification. Il s'agit d'un gisement de 30 millions de tonnes sur un périmètre de 28 km2, à Salkadamna, dans la région de Tahoua, à 650 km au nord-est de Niamey. Le gouvernement a reçu des réponses positives d'investisseurs étrangers désireux de participer à ce projet, a précisé ce week-end à la télévision nationale Mohamed Abdoulahi, ministre des Mines et de l'énergie.

Le gisement a été mis en évidence par des chercheurs chinois dans le cadre d'un projet d'études et d'évaluation, d'un coût de 700.000 dollars, lancé en novembre 2003 en application d'un accord de coopération économique et technique conclu en 2001 entre Niamey et Pékin.
"Les capacités de production une fois fonctionnelles, ce charbon minéral va servir non seulement à la production d'énergie électrique, mais aussi à la fabrication de briquettes à usage domestique et tout cela doit nous permettre d'assurer notre autonomie en énergie et lutter contre la désertification" a expliqué le ministre des Mines.
Une partie de la production pourrait être exportée également vers les pays voisins du Niger comme le Mali, le Burkina Faso et le Nigeria.
"Nous pensons que rien que l'utilisation de ce potentiel peut amener le pays dans un an ou deux ans à ne plus être cité comme étant le dernier de la planète" a ajouté le ministre.
Les réserves exploitables prouvées pourraient couvrir les besoins du pays pendant un siècle à un taux de production égal à celui de la société nigérienne de charbon SONICHAR installée depuis 1975 à Anou Araren, dans la région d'Agadez, au Nord.
Avec la SONICHAR, le Niger exploite déjà 9,1 millions de tonnes de charbon minéral pour alimenter en électricité les usines d'extraction d'uranium d'Arlit et Akokan, dans la région d'Agadez
La production annuelle atteint 160.000 MWH et la société a permis de réaliser des économies de plus de 100 milliards francs CFA, équivalent à l'importation d'environ 900 millions de litres d'hydrocarbures pour le pays.
Le Niger, un pays enclavé du Sahel qui est l'un des plus pauvres de la planète malgré ses gisements d'uranium.
Il perd chaque année 100.000 hectares de superficies boisées sous les effets conjugués de la sécheresse et des coupes pour le bois de chauffe, principale source d'énergie pour les ménages, mais aussi pour les constructions et l'artisanat, selon les statistiques officielles.

Source: L'Express

Lu 3027 fois Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15