Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

jeudi, 31 août 2006 22:49

L'Enitex a licencié près des deux tiers de ses agents

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)
La seule usine de production de textile du Niger, engluée dans de graves difficultés dues à des coûts de production élevés et à la concurrence née de l'afflux de tissus bon marché qui inondent le pays en provenance d'Asie, licencie près des deux tiers de ses employés. L'Enitex, unique entreprise de production de textile au Niger, a licencié près des deux tiers de ses 715 agents en raison de graves difficultés financières, a-t-on appris mercredi de source syndicale.

 

"Ce sont 446 agents des départements de filature et de tissage qui ont été licenciés et c'est la résultante des difficultés financières que traverse l'usine", a affirmé Abdoul-Nasser Seydou, dirigeant du Syndicat démocratique des travailleurs des industries textiles du Niger et chef de service à l'Enitex. M. Seydou a indiqué que les 446 employés, au chômage technique début juin, ont perçu en début de semaine des primes correspondant à 7 mois de salaire. L'Enitex est l'ancienne Société d'Etat des textiles (Sonitextil) rachetée en 1997 par la China world best, une compagnie chinoise qui détient 80% du capital. Depuis deux ans, elle se trouve engluée dans de graves difficultés dues à des coûts de production élevés et à la concurrence née de l'afflux de tissus bon marché qui inondent le pays en provenance d'Asie. Le chiffre d'affaires de l'entreprise a ainsi chuté de 4,4 milliards de FCFA (6,7 millions d'euros) en 2002 à 2,3 milliards (3,5 millions d'euros) en 2005 et sa production a baissé de moitié dans la même période, selon ses responsables. Pour espérer maintenir l'entreprise à flot, la direction a élaboré un plan de restructuration dont l'application a débuté par la mise en chômage technique début juin de quelque 500 employés, occasionnant la fermeture des usines de filature et de tissage. Les activités de l'entreprise sont désormais circonscrites à la seule impression de tissus. De son côté, le gouvernement nigérien a annoncé une série de mesures consistant notamment à freiner le flux des produits à bas prix par l'augmentation des tarifs douaniers pour les textiles asiatiques. "Nous demeurons très inquiets, car nous sommes convaincus que ces mesures ne sont pas suffisantes pour relancer les machines", a estimé Abdoul-Nasser Seydou.

31 août 2006

Publié le 30 août 2006

Source: AFP

 

 

Lu 4443 fois Dernière modification le mardi, 28 février 2012 13:15