189 360 personnes sinistrées, 137 décès et 20 339 maisons effondrées du fait des inondations au Niger : Appel à la vigilance et à la prudence face au risque de la crue

Le ministre de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, M. Laouan Magagi a aminé, hier matin à Niamey, un point de presse pour faire le point de l’impact des  inondations au Niger. À la date du 13 septembre, la région de Maradi reste la plus touchée comptant 58 134 sinistrés. Sur l’ensemble du pays, on dénombre 189 360 personnes sinistrées, 137 cas de décès et 20 339 maisons effondrées. Les régions d’Agadez et de Niamey sont moins impactées avec moins  de 100 ménages sinistrés. Le ministre Laouan Magagi a appelé les autorités locales à redoubler de vigilance et de prudence face au risque de crue

Sur les 8 régions du pays, 5 sont durement affectées. La région de Maradi est suivie de  la région de Zinder avec 57 561 personnes sinistrées, la région de Diffa compte 25 523 personnes sinistrées, les régions de Dosso  et Tillabéri ont enregistré respectivement  21 469 et 16 556 personnes sinistrées. Le ministre Laouan Magagi a souligné que  115 communes sont concernées par les inondations soit 22 406 ménages dont un total de 189 360 personnes sinistrées. Le ministre a déploré la perte en vie humaine de 137 personnes  contrairement en 2021 où le pays a enregistré 66 cas de décès. Des dégâts importants ont été aussi enregistrés  sur le bétail, gros tout comme petits ruminants, les maisons et les aires de cultures.  On dénombre  20 339 maisons effondrées et des dégâts sur 915 hectares d’aire de culture.

Le ministre Laouan  Magagi a ensuite  évoqué la situation des crues locales.  Selon son exposé,  la crue fluviale dite crue locale consécutive aux eaux de pluies  charriées par les affluents du fleuve  Niger notamment la Sirba et le Gorouol est calme. Aussi, a-t-il fait remarquer, des précipitations importantes dans le bassin  du Niger  (Burkina-Mali- Niger) ont entrainé une montée significative du niveau du fleuve pendant le mois d’août. «La hauteur maximale de 568 cm a été observée le 28 août 2022. Elle dépasse celle  de l’année passée observée le 31 août 2021 qui était  de 494 cm et la moyenne décennale (2012-2021)  qui est de  543cm », a expliqué M. Laouan  Magagi.  Quant à la  situation  de la Komadougou,  la station de Bagara (Diffa) a atteint  414 cm au 30 août 2022. À la même période  en 2021 la hauteur était à 391 cm, a-t-il ajouté. C’est pourquoi, le ministre de l’Action  Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes a appelé les autorités locales à augmenter la vigilance et la prudence face au risque de crue.

S’agissant des réponses d’urgences apportées, le ministre Laouan Magagi a indiqué le pré positionnement du gouvernement et de ses partenaires dès le mois de mai tenant compte des annonces faites par la Direction Nationale de la Météorologie Nationale.  Cela a permis cette année que les réponses soient promptes, a-t-il précisé.

Tirant les leçons des 5 années de réponses face aux inondations, le ministre Laouan Magagi a annoncé que le gouvernement et ses partenaires ont décidé à compter de ce mois de septembre d’adopter un plan triennal de contingence inondations.  Il a enfin appelé les autorités municipales à reloger les sinistrés dans des sites appropriés autres que les classes en cette veille de rentrée scolaire ; et d’interdire la circulation des camions transportant du sable sur les digues, ce qui fragilise leur endurance.  Il a aussi lancé un appel à l’endroit des partenaires pour qu’ils se mobilisent davantage afin de venir en aide aux populations sinistrées.

Par Oumar Issoufou(onep)

Source : http://www.lesahel.org/

Like what you see?

Hit the buttons below to follow us, you won't regret it...