eLes employés d’Orange au Niger ont entamé mardi une grève de deux jours pour obtenir des négociations salariales et débattre de l’avenir de la filiale nigérienne de l’entreprise française, en quête d’un repreneur, a indiqué à l’AFP une source syndicale.

“Nous avons lancé ce (mardi) matin une grève de deux jours qui est largement suivie sur l’ensemble du territoire”, a affirmé Ali Hachimou, un délégué du personnel d’Orange Niger.

Les communications sur le réseau Orange “ne sont pas encore paralysées”, mais “si nous n’avons pas satisfaction, nous reconduirons la grève”, a-t-il prévenu.

Selon M. Hachimou, le mouvement est suivi par 388 des 530 salariés d’Orange Niger.

Les grévistes réclament “la reprise des négociations” sur “la révision d’un accord salarial”, entamées avant la fermeture, en novembre 2018, de la société par le fisc nigérien pour “non-paiement d’impôt”, a expliqué M. Hachimou.

Ces négociations n’ont pas pu reprendre après la réouverture de la société en raison d’“un règlement préventif” de la direction suspendant pour cinq mois “toute action sur les finances de l’entreprise”, a-t-il expliqué.

Lancée en 2008, Orange Niger compte 2,4 millions de clients et son activité génère plus de 52.000 emplois indirects au Niger, selon sa direction.

Les grévistes veulent également que leurs emplois soient préservés dans le cadre d’un éventuel contrat entre Orange et un nouveau repreneur.

Imprimer E-mail

Société